June 28, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News

SIR ANERO0D JUGNAUTH – Un homme exceptionnel au parcours politique d’exceptionnelle

0 0
Read Time:10 Minute, 57 Second

Sir ANERO0D JUGNAUTH est né à Palma et a été élevé dans une famille aux conditions très modestes. Son grand-père avait émigré à Maurice depuis l’État indien de Bihar dans les années 1850. Il a fait ses études primaires à l’école primaire de Palma et ses études secondaires au Regent College. Il a enseigné pendant un certain temps au New Eton College et a ensuite travaillé comme greffier dans le Poor Law Department pendant un certain temps avant d’être transféré au Judicial Department. En 1951, il quitte l’île Maurice pour le Royaume-Uni afin d’y étudier le droit. Il a été admis au barreau de Londres (Lincoln’s Inn) en 1954.

Sa carrière politique commence en 1957, lorsqu’il est élu président du conseil du village de Palma. Tout en étant membre de l’IFB au Conseil législatif, il est également élu membre du Conseil municipal de Vacoas-Phoenix. Sir ANERO0D JUGNAUTH est élu pour la première fois au Conseil législatif dans la circonscription n° 14 de Rivière du Rempart à une époque où Maurice comptait 40 circonscriptions en octobre 1963 et est candidat du Bloc Indépendant Progressiste (IFB). En 1964, il est l’un des fondateurs du All Mauritius Hindu Congress mais continue à servir dans le gouvernement de Seewoosagur Ramgoolam en tant que ministre d’État au développement de 1965 à 1966, puis est promu ministre du travail en novembre 1966. Il a participé à la Conférence constitutionnelle de Londres sur l’île Maurice, également connue sous le nom de Conférence de Lancaster de 1965. Il démissionne de son poste en avril 1967, rejoint la fonction publique en tant que magistrat et ne participe pas aux élections générales d’août 1967.

En 1970, il rejoint le MMM et devient le président du parti

Les principaux candidats aux élections de 1976 étaient le Parti de l’indépendance (alliance du Mauritian Labor Party (Ptr) et du CAM), le PMSD, l’UDM, l’IFB et le relativement nouveau MMM dirigé par Paul Bérenger et Jugnauth lui-même. Bien qu’il ait obtenu la majorité des voix (38,64%), le MMM n’a obtenu que 34 sièges, soit deux de moins que la majorité absolue. Le Parti de l’indépendance a obtenu 37,90 % des voix et 28 sièges, tandis que le PMSD a obtenu 16,20 % des voix et 8 sièges. SAJ devient alors le leader de l’opposition jusqu’aux élections générales suivantes en 1982.

Pour les électons de 1982, le MMM sous le leadership de SAJ avait formé une alliance avec le Parti Socialiste Mauricien de Harish Boodhoo, connu sous le nom de PSM. L’élection s’est soldée par une victoire écrasante de l’alliance MMM-PSM qui remporta 64,16% des voix et les 60 sièges. ANERO0D JUGNAUTH devient alors Premier ministre pour la première fois, Boodhoo vice-Premier ministre, et Paul Bérenger ministre des Finances. SAJ étant Premier ministre a de nouveau annoncé des élections générales en 1983. Cette fois, il n’est pas candidat pour le MMM mais il propose à Boodhoo de dissoudre le PSM pour créer un nouveau parti plus fort appelé MSM (Militant Socialist Movement). Il crée le MSM et, en alliance avec le Parti Travalliste se présente aux élections.

1983 et second mandat de Premier ministre

Début avril 1983, SAJ forme un nouveau parti, le Mouvement Socialiste Militant (MSM), qui, en mai, fusionne avec le PSM dirigé par Harish Boodhoo. Cependant, le nouveau gouvernement n’a pas la majorité à l’assemblée législative et Jugnauth dissout l’assemblée en juin. De nouvelles élections sont organisées le 23 août 1983. Jugnauth a été réélu et est redevenu Premier ministre de l’alliance MSM-PMSD-Labour en battant le MMM.

Quelques mois après son arrivée au pouvoir, l’Alliance a entamé un processus de fragmentation qui, en 1986, a laissé le gouvernement sans majorité de travail au Parlement. Lorsqu’en février 1984, le MLP (Parti travailliste) quitte le gouvernement, 11 de ses députés continuent de soutenir le gouvernement et forment une faction au sein du MLP appelée le Rassemblement des Travaillistes Mauriciens (RTM). Lors de la prorogation du Parlement en novembre 1986, SAJ a convenu qu’une élection était nécessaire.

Le Parlement est dissous le 3 juillet et la date des élections est fixée au 30 août 1987, soit un an avant la date prévue. L’Alliance de SAJ s’est battue avec le MSM (Mouvement Socialiste Militant), le MPSD (Parti Mauricien Social Démocrate) de Duval et les deux principales factions du MLP, celle dirigée par Satcam Boolell et la RTM. Le MMM s’est allié à deux petits partis, le Mouvement Travailliste Démocrate (RTD) et le Front des Travailleurs Socialiste (FTS). L’Alliance (MSM/PMSD/MLP) remporta un total de 49,86% et 39 sièges. Après l’attribution des sièges des meilleurs perdants, l’Alliance détenait 46 sièges contre 24 pour le MMM. Jugnauth a été une fois de plus élu avec une majorité au Parlement et a été une fois de plus élu comme Premier ministre et a pris ses fonctions pour son 3ème mandat.

1991 et quatrième mandat

Le 6 août 1991, Jugnauth dissout l’assemblée nationale et annonce la tenue d’élections générales le 15 septembre, soit près d’un an à l’avance. Jugnauth dirige une alliance de son MSM (Militant Socialist Movement) avec le MMM (Mauritian Militant Movement) et le RTD (Rassemblement des Travaillistes Mauriciens) contre une alliance du MLP (Mauritius Labour Party) et du PMSD (Parti Mauricien Social Démocrate). L’alliance MSM/MMM/RTD était mieux préparée que l’opposition. Avant même que la date des élections ne soit annoncée, elle avait déjà établi sa liste de candidats pour les 20 circonscriptions et publié son manifeste électoral.

L’opposition a perdu un temps précieux avec de longues négociations concernant les candidats et le manifeste. Avec 56,3 % des voix, l’alliance gouvernementale menée par SAJ avait obtenu 57 sièges au Parlement, tandis que l’opposition, avec 39,9 % des voix, n’en a obtenu que trois. Seuls quatre sièges de meilleurs perdants ont été attribués. Jugnauth gouverne à nouveau au Parlement pour un quatrième mandat et est à nouveau élu Premier ministre.

1995 et après

Lorsque Jugnauth a perdu un vote de confiance sur une question linguistique qui nécessitait un amendement à la constitution, il a dissous le Parlement le 16 novembre 1995 et convoqué des élections anticipées pour le 20 décembre. Mais une victoire écrasante de l’opposition Ptr-MMM mis fin au règne de Jugnauth en tant que premier ministre, qui durait depuis 1982. L’alliance du Parti travailliste et du Mouvement militant mauricien (MMM) a remporté les 60 sièges élus au suffrage direct sur l’île de Maurice avec seulement 63,7 % des voix, ce qui représente à peine 51,1 % de l’électorat total.

Après une traversée du désert ANERO0D JUGNAUTH fonda l’Alliance MSM/MMM avec Bérenger, leader du MMM, le 14 août 2000, sur la base d’un partage égal du pouvoir. Lors des élections générales du 11 septembre 2000, il a été élu premier député de la circonscription n° 7 (Piton/Rivière du Rempart) et a été nommé Premier ministre pour la 5e fois. Le 15 août 2000, SAJ et Paul Bérenger signa ce qu’ils ont appelé un “accord électoral historique”, qui comprenait une proposition de partage du poste de premier ministre entre les deux leaders.

Selon cet arrangement, Jugnauth occuperait le poste de premier ministre pendant les trois premières années et Bérenger pendant les deux années restantes. Après avoir cédé le poste de premier ministre à Bérenger, Jugnauth serait appelé à assumer la fonction de président de la République après des réformes visant à renforcer la présidence, qui était largement un poste symbolique. Outre le partage du poste de premier ministre, ce qui rendait l’accord électoral MSM/MMM exceptionnel était le fait qu’il permettrait, pour la première fois dans l’histoire de l’île, à un Mauricien non hindou de devenir premier ministre. Les élections ont eu lieu le 11 septembre 2000 avec un total de 80,87% des électeurs inscrits qui ont voté. L’alliance MSM/MMM a remporté 54 des sièges élus au suffrage direct.

Sir ANERO0D JUGNAUTH accepta de se retirer et de devenir président à partir de 2003. après avoir démissionné de son poste de premier ministre le 30 septembre 2003 à 13h30 et de son poste de député à 15h00, remettant sa lettre de démission au président de la Chambre le même jour. Il a annoncé son départ dans un discours de 20 minutes prononcé devant les membres du Parlement, déclarant qu’il quittait ses fonctions pour laisser la place à un nouveau Premier ministre.

“Tout ce qui a été dit et fait à mon sujet, je suis fier d’entrer dans l’histoire comme un Premier ministre honnête et dévoué qui a fait son devoir en toute bonne foi, sans crainte ni faveur. J’ai compris nos adversaires politiques et, prises dans leur ensemble, toutes les opinions et attitudes divergentes n’ont été que des manifestations de notre démocratie à son meilleur”, avait déclaré Jugnauth dans le discours précédant son départ au parlement. Il a prêta serment à la présidence de la République le 7 octobre 2003 à la suite de la démission du président Karl Offmann.

Premier mandat présidentiel (2003-2008)

Sir ANERO0D JUGNAUTH, accompagné de Lady Jugnauth, a pris les clés du château de Reduit le 7 octobre 2003. Son élection à la présidence est largement approuvée par l’ensemble de la population car elle est considérée comme la nouvelle ère de la politique mauricienne, permettant à Paul Berenger de devenir Premier ministre, qui est la première personne de religion non hindoue à devenir chef de gouvernement.

En 2003, il a confié la direction de son parti à son fils Pravind Jugnauth. Il a annoncé qu’il avait “atteint la fin de cette route”. Pendant son premier mandat, en raison de la constitution, il a dû annoncer des élections générales, qui ont finalement eu lieu en juillet 2005. Le nouveau premier ministre élu, Navin Ramgoolam, le qualifie de “canard assis” qui aspire toujours au pouvoir. Il est

Le Parlement a voté pour que Jugnauth reste président pour un second mandat en 2008. Peu après, lors de l’élection partielle de 2008 dans la circonscription n° 8, le Mouvement socialiste militant a gagné avec le soutien du Parti travailliste et Pravind Jugnauth est redevenu député de cette circonscription.

En 2010, deux jours après son 80e anniversaire, l’alliance Ptr-MSM-PMSD a été conclue et Navin Ramgoolam a dissous le parlement en vue d’élections générales. L’alliance a remporté les élections et le MSM a obtenu 13 députés. Cependant, en août 2011, l’alliance se brise et le MSM quitte le gouvernement, laissant une très faible majorité au Premier ministre.

Après avoir eu une réunion privée avec Berenger, le leader de l’opposition, Jugnauth a fait une déclaration selon laquelle il pourrait démissionner de son poste de président si la situation s’aggravait concernant le scandale Medpoint qui impliquait son fils, Pravind, et qui a été convoqué et arrêté par la Commission indépendante contre la corruption pour conflit d’intérêts.

Finalement, il démissionna de son poste de président le 30 mars 2012. Il a mentionné qu’il ne soutenait pas les politiques du gouvernement, beaucoup pensaient que son désaccord provenait du fait que le gouvernement refusait d’aider son fils, accusé de corruption, à échapper à la loi. Il a déclaré avoir démissionné en raison de son désaccord avec les membres du gouvernement.

Période 2012-2014

Peu après sa démission de la présidence en 2012, Bérenger propose un ” remake ” de la coalition MSM/MMM, qui est approuvé par les structures des deux partis (bureaux politiques et comités centraux). Jugnauth est devenu le leader de l’alliance avec les mêmes conditions Bérenger a annonca cependant la fin du remake MSM/MMM en avril 2014. En avril 2014, Paul Berenger a annoncé la dissolution de la coalition avec le MSM en raison de désaccords majeurs au sein des deux partis.

Plus tard, Berenger a annonca une coalition entre le Parti travailliste et le Mouvement militant mauricien. Depuis, SAJ dirige une coalition composée du Militant Socialist Movement, du PMSD et du ML qui est un groupe dissident d’individus ayant démissionné du MMM en raison de la coalition avec le Labour Party. L’alliance de Jugnauth, connue sous le nom de “L’Alliance LEPEP”, a remporté les élections générales de 2014. Lorsque Ramgoolam a dissous le parlement fin novembre 2014, Jugnauth et le MSM ont conclu une alliance avec le PMSD et le Mouvement Libérateur. Son alliance a remporté 47 des 60 sièges en lice. Jugnauth devient Premier ministre pour la sixième fois et entre dans l’histoire en dirigeant une alliance qui l’emporte contre une alliance entre le Parti travailliste et le MMM, qui sont considérés comme les deux plus grands du pays. Le MSM, qui a perdu une grande partie de son électorat rural depuis la retraite de Jugnauth, est considéré comme le troisième parti national. Il a néanmoins récupéré son électorat de base (des années 1980) suite à son appel à voter une dernière fois pour Jugnauth qui avait annoncé que c’était la dernière élection à laquelle il se présentait en raison de son âge avancé.

Le 12 septembre 2016, Jugnauth a annoncé qu’il allait très bientôt démissionner de son poste de Premier ministre en raison de son âge avancé. Le 23 janvier 2017, il a démissionné et a nommé son fils Premier ministre et coulait une retraite paisible.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %