July 16, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

Toujours vivants…

Qui ne se souvient de l’obligation de se faire vacciner, sous peine de ne pas avoir accès à son lieu de travail et aux centres de santé, entre autres ? On disait aux gens que c’était pour leur « bien » qu’ils devaient faire la piqûre. Parce que soi-disant le Covid allait les emporter dans son sillage mortifère.

Qui d’entre ceux qui entérinaient ces décisions absurdes et anti-démocratiques viendront s’excuser auprès de la population ? Car Dieu merci, nous sommes toujours vivants, et le Covid n’est plus qu’un lointain et mauvais souvenir. Même si ceux qui le défendaient bec et ongles n’arrêtent pas de le brandir. Comme un épouvantail qu’on sort à chaque saison pour faire fuir corbeaux, chauves-souris ou rats.

Comment ne pas donner raison à tous ces « complotistes » qui disaient sans cesse de ne pas succomber à la campagne de peur, et que le Covid n’existait pas ? Mais qu’il faisait partie d’une panoplie de mesures mises en place pour asservir l’humanité ? On a encore en tête les images de « malades » mourant dans les rues, tant en Inde qu’en Chine, et tout le monde avait applaudi les fabricants de vaccins, venus porter secours aux 7 milliards de Terriens.

Aujourd’hui, on sait qu’il n’y a pas eu de morts en masse sur toute la Terre. Et ceux qui obligeaient les populations à se faire vacciner n’osent même plus parler de la pandémie. Car leur stratagème a été éventé. Et s’il y a malheureusement encore des moutons qui portent encore le masque, tous les artifices mis en place pour duper le monde sont tombés d’euxmêmes. On ne parle plus du Covid, du moins pas dans les mêmes termes abrutissants d’avant, parce qu’il y a désormais plus « pressé » : la guerre en Ukraine, à laquelle le généreux Joe Biden a donné 37 nouveaux milliards !

Mais si nous sommes toujours vivants, nous n’avons toujours pas les réponses aux questions fondamentales : Combien de personnes sont mortes, après avoir été vaccinées ? Quelles ont été les séquelles pour ceux ayant échappé à la mort ? Et est-ce vraiment le Covid qui a tué, ou ce cocktail de substances caché derrière le doux nom de vaccin qui a en fait éliminé les gens ? Nous n’aurons probablement pas les réponses, ni dans l’immédiat, ou dans un proche avenir. Car, l’opposition ne semble guère encline à chercher la vérité autour du Covid. Même si elle a fait un formidable travail de dénonciation autour de l’achat des vaccins, gants et autres médicaments liés à la pandémie.

D’ailleurs, on attend toujours les résultats des enquêtes de l’ICAC autour de ces malversations Covid. Des fonctionnaires sont partis à la retraite, les poches bien remplies, après avoir touché leurs lump sums et autres avantages, et d’autres arrêtés. Mais, il y a comme un mystère qui entoure ces enquêtes. A se demander si le peuple n’y verra jamais clair !

Toujours est-il que les gouvernants feraient bien d’écouter ceux qui exhortent à ne pas subir le diktat du New World Order, organisation qui dicte aux gouvernements ce qu’ils doivent faire. Et si on sait qu’on n’aura jamais les chiffres d’affaires de ceux qui ont eu le gros lot avec les tests PCR, les masques et les quarantaines dans les hôtels, qu’on cesse au moins de harceler la population. Car tout un chacun ne peut se mettre de l’huile dans les oreilles, pour bien entendre le signal qui donne droit aux jackpots des appels d’offres !

La Chine, premier pays à subir les contrecoups du Covid, vient d’alléger ses mesures sanitaires. Ici aussi, il n’est plus question d’avoir recours aux mesures Covid des deux dernières années. Car, il y a l’économie à faire redémarrer, mais aussi des élections, municipales et générales, à gagner. En fin de compte, ceux qui ont survécu aux coups du sort liés au Covid auront de quoi raconter à leurs proches. Et s’ils ont eu le courage de rester lucides devant tant d’agenouillement, ils auront au moins su qu’on leur a toujours menti.

Car, on peut survivre au Covid, même si on n’a pas été vacciné. Mais on ne saura jamais si toutes ces mesures prises pour le « bien » de la population n’étaient en fait pas dictatoriales. Car, quand elle a été invitée à donner son avis sur le sujet, le judiciaire a joué la montre. Ou au Ponce Pilate. Et pourtant, le temps vient de donner raison à tous ceux qui ont contesté la panoplie Covid. Ils sont tous toujours vivants !

Leave a Reply

Your email address will not be published.