January 27, 2023
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion Politique

Un visionnaire qui se détache, des détracteurs qui patinent dans leur boue

0 0
Read Time:6 Minute, 18 Second

N’importe quel investisseur, dans son domaine de prédilection, peut faire son entrée sur un marché libre et déterminé, n’est-ce pas ? Toute concurrence pure et parfaite n’est-elle pas salutaire pour une économie et pour les consommateurs quand l’entrepreneur a le moyen de ses ambitions pour offrir la qualité et attirer le plus grand nombre eu égard aux normes de ses produits et services dans le respect des règles de transparence et de bonne gouvernance ?

Quand un pays et sa population a tout à gagner et dispose d’une occasion en or de redorer son image sur le plan international et celle de ce secteur en particulier, le gouvernement n’a-t-il pas le devoir et la responsabilité de soutenir un tel projet, quitte à être ferme pour mettre au pas le monopole et cet état dans un État qui pendant trop longtemps s’est contenté de gérer dans l’égoïsme, la gloriole et la suffisance, du moment que c’est l’intérêt d’une clique sectaire et raciste qui doit primer, quels que soient les abus, les injustices et les incohérences qui sautent aux yeux.

Venons-en maintenant à la campagne injuste et infecte que mènent certains qui voient leurs intérêts personnels être de plus en plus menacés. Au risque de nous répéter, Jean-Michel Lee Shim, au-delà de ses relations personnelles, amicales et cordiales avec des hommes politiques de tous bords, est avant tout un riche homme d’affaires qui doit son succès à sa formation d’ingénieur, à sa vision et à ses investissements. Son ascension dans le monde hippique ne date pas d’hier, étant un bookmaker rusé et d’expérience qui a su faire la différence entre son objectif premier de vendre des paris et le ‘gambling’ aux courses par des mises personnelles.

C’est lui l’initiateur des paris par SMS, c’est lui qui a permis d’aider l’industrie à récupérer les millions qui partaient vers les paris clandestins grâce à une facilité offerte aux turfistes de miser de leurs portables. Quel mal y a-t-il si ce philanthrope, contrairement à une institution vieille de 200 ans qui n’a investi que des miettes pour soulager la misère de la population, veut maintenant investir son argent pour agrémenter le loisir préféré des Mauriciens en permettant à ce sport noble de se mesurer aux grands centres internationaux ? Jean-Michel Lee Shim s’est frotté à des sommités du monde hippique international, que ce soit au Royaume-Uni, en Europe, en Afrique du Sud, à Singapour, à Hong-Kong, en Australie, etc. Les nombreux hippodromes et centres d’entraînement qu’il a visités lui font voir l’avenir de nos courses de chevaux autrement et de façon moderne et grandiose contrairement à la routine du plus vieil hippodrome de l’hémisphère sud.

Des menaces, à peine voilées, faisant accroire que la saison hippique 2021 prendra fin ce mois-ci ne surprennent pas. Derrière cette honteuse stratégie d’une dangereuse clique qui veut continuer à faire la pluie et le beau temps au Champ de Mars, nous nous demandons si l’on a pensé aux entraîneurs, aux propriétaires et à leurs investissements et aux chevaux dont la préparation et la mise en condition s’étalent sur de longs mois. Menacer de fermer boutique, parce que les intentions du visionnaire Michel Lee Shim se précisent, démontre la mainmise que certains veulent avoir sur l’organisation des courses de chevaux. L’État et la GRA doivent sérieusement considérer toute initiative visant à sortir ce sport des sentiers battus. Ils ne peuvent laisser un club privé mener en bateau toute une population, surtout ceux qui ont vraiment à cœur l’amour des chevaux et le gagne-pain des milliers de Mauriciens.

Pas seulement le brillant homme d’affaires qu’est JM Lee Shim, mais n’importe qui a le droit de faire des propositions sérieuses et concrètes. Il peut soumettre un projet d’envergure internationale et un plan solide et innovateur pour faire revivre l’hippisme et l’ambiance d’antan. Avec des structures et des infrastructures de niveau mondial, ne doit-il pas avoir la bénédiction étatique et populaire. Nous ne comprenons pas comment certains, qui se disent grands amoureux et grands défenseurs du turf mauricien, osent se dresser contre des investissements massifs, un champ de courses et des centres d’entraînement qui n’auront rien à envier aux hippodromes d’outre-mer. Se cantonner dans ce que le MTC a toujours offert sans aucune innovation, sans aucun investissement pour le bien des chevaux et le bien-être des turfistes est en train de plonger ce loisir dans le précipice ? Pour sauver cette passion d’un grand nombre de Mauriciens des griffes d’un MTC à bout de souffle, il faut regarder l’avenir avec des binocles et non dans le rétroviseur de Giraud et consorts.

Qu’on se le dise, au-delà de l’aspect sportif et business entourant la vision de Jean-Michel Lee Shim. Ce que cet homme d’affaires mauricien a réalisé en dix ans sur le plan social, le MTC ne l’a pas pu durant – oublions ces 200 ans d’histoire dont il se vante – ces vingt, trente ou quarante dernières années si ce ne sont des gestes sporadiques.

Si seulement ce pays pouvait produire dix Michel Lee Shim, notre combat contre la pauvreté, le cancer et d’autres maux de société aurait fait beaucoup avancer notre cause pour aider nos compatriotes en difficulté. Il n’a pas accumulé des profits pour son enrichissement personnel, mais il les a investis dans des missions humanitaires nobles. Chapeau bas !

En face, ses détracteurs, tous des egocentriques et des orgueilleux, dont Jean-Michel Giraud et ses suiveurs, à l’instar de Bernard Delaître qui mène le bal dans la presse mercenaire, se démènent pour le diaboliser ou pour mettre sur le dos de ses connexions et ses amitiés politiques sa fulgurante ascension et la clarté de sa vision. À désespérer vraiment !

Pour conclure, notre question principale à ces crapules : À part cracher sur les gens honnêtes, vous faites quoi de votre vie ? Nous nous remémorons de la promptitude de ce marchand de papier devenu journaleux en cours de route, de polémiquer avec haine et méchanceté en ces temps de douleurs et de deuil dont JMLS fut accablé, au trépas de son épouse. Si à cette époque et dans cette période dramatique et solemnelle qui commande le respect et la retenue, BD ne s’est pas privé de porter des coups, surtout au-dessous de la ceinture, que peut-on attendre aujourd’hui de lui et de ces sinistres personnages de la même trempe? Surtout pas de prestance et de posture digne. La lâcheté à son niveau le plus odieux, oui. Mais, ces pisse-vinaigres frustrés qui vomissent leur bile du matin au soir ont le destin sombre de calomnier, dénigrer, donc ils persisteront dans leurs turpitudes.

Pour Jean-Michel Lee Shim néanmoins, la République de Maurice, c’est le débat civilisé et le respect. Face à leur immobilisme, égoïsme et leurs piètres jouissances temporaires, Jm Lee Shim balaye tout d’un revers de main et agit dans le concret.

Quant à nous, nous les avons démasqués depuis belle lurette: Ils sont une bande de salopards, certains employant sans vergogne contre JMLS des méthodes qu’ils dénoncent dès qu’ils en font les frais et d’autres écrivant d’une main des complaintes déplorant la soi-disant mise à mort des règles démocratiques et qui, de l’autre, les poignardent dans le dos. À notre prochaine rêplique.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %