April 13, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

34 mesures de réformes pour combattre la fraude électorale

Si leur alliance ne s’est pas encore concrétisée, le Parti Travailliste, le MMM et le PMSD sont néanmoins arrivés à s’entendre sur pas moins de 34 mesures à mettre en œuvre pour réformer le système électoral. Le document, sur lequel travaillaient les leaders des trois partis et leurs collaborateurs, a été rendu public, hier, après une rencontre avec le commissaire électoral, Irfan Rahman, à qui ils avaient remis une copie du document la veille. Rencontre qualifiée d’extrêmement positive par le leader du PTr, Navin Ramgoolam, qui, flanqué des deux autres leaders, Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval, a rencontré la presse à l’issue de leur réunion avec le commissaire électoral.
Parmi les principales mesures annoncées pour éliminer tout risque de fraude aux élections, citons l’élimination des fameuses «computer rooms» tant décriées pendant le processus de décompte des voix, le dépouillement des bulletins de vote et le décompte des voix après la fermeture des bureaux de vote, l’ouverture des registres électoraux 15 jours après la publication des «writs of election» et l’interdiction aux étrangers qui n’ont pas été naturalisés de prendre part au scrutin.
Il va sans dire que, comme l’ont souligné les trois leaders, la mise en œuvre de certaines de leurs propositions nécessitera des amendements à la loi électorale. Ce sera le cas notamment pour le dépouillement des bulletins après la fermeture des bureaux de vote et pour l’enregistrement des électeurs dont la date limite sera étendue et fixée à 15 jours avant la tenue des élections. L’introduction de nouvelles législations sera également nécessaire, sans doute, pour appliquer d’autres propositions.Quant à la réaction du commissaire électoral, qui était entouré de ses proches collaborateurs pour la circonstanc, elle a été qualifiée de très positive. « Il a été très attentif et a même suggéré l’utilisation de l’encre indélébile sur le doigt de chaque électeur qui a déjà voté », a dit le Dr Ramgoolam. C’est une pratique qui a cours dans de nombreux pays afin d’empêcher que certains électeurs malintentionnés ne se présentent à un autre bureau de vote pour voter à la place de quelqu’un d’autre ou d’une personne décédée. Selon les leaders des trois partis, le commissaire électoral se serait déclaré favorable à l’élimination des «computer rooms», au décompte des voix après la fermeture des bureaux de vote et à l’extension de la date d’enregistrement des électeurs.
Le commissaire électoral fera connaître officiellement sa réaction à toutes les propositions par une correspondance qu’il adressera aux trois leaders politiques. Il convient de rappeler que le commissaire électoral étant indépendant, il ne devra pas obtenir l’aval du Premier ministre ou du gouvernement pour mener à bien des réformes qu’il juge opportunes au système électoral. Il devra simplement faire des recommandations au Premier ministre pour que des amendements soient apportés à la loi afin de rendre les réformes qu’il souhaite effectives.

Leave a Reply

Your email address will not be published.