May 20, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

Scandale MTC- Plus de employés sur le pavé

Un drame humain se joue actuellement sur notre sol. Le MTC qui a fait faillite n’a pas encore indemnisé ses employés et visiblement ne compte pas le faire. Pire, le club bicentenaire est accusé de pratique frauduleuse. Jean-Michel Giraud, l’ex-président du MTC, est mis à l’index ainsi que ses sous-fifres dont un certain Shan IP, ex-Communication Manager du MTC.

Les employés du MTC ne savent plus à quel saint se vouer. Manifestation, conférence de presse et appel aux autorités concernées ne sont que quelques moyens auxquels ces malheureux ont eu recours. Mais il ne faut pas se voiler la face, ce sera difficile pour ces pères et mères de famille qui se retrouvent sans emploi, sans salaire, sans compensation, car en face il y a le MTC avec son armada de cabinet d’avocats qui useront et abuseront de points légaux pour soi-disant rendre justice. Mais tout n’est pas perdu, car cette affaire ou plutôt cette injustice répugne les Mauriciens et nombreux sont les courageux qui soutiennent les employés du MTC dans cette épreuve. À commencer par le syndicat des employés du MTC, Ravi Rutnah avocat des employés du MTC non syndiqués, et tous les Mauriciens de bonne volonté. Lors d’une conférence de presse vendredi 28 avril, l’avocat en compagnie d’employés du défunt MTC a fait des révélations fracassantes.

Pratiques frauduleuses

Selon les employés du MTC, le club prélevait 3 à 5 % de leur salaire pour la contribution à un plan de retraite depuis 2015. La raison évoquée : il y avait un trou de Rs 60 millions dans le plan de retraite initiale ! Choquant, c’est le moins qu’on puisse dire. C’est d’autant plus choquant que cela n’ait pas fait grand bruit à l’époque. Où étaient Le Mauricien et Week-End ? Et aujourd’hui lorsque les employés demandent leur dû, c’est-à-dire leur ‘Lump sum’ et leur retraite, la MTC leur répond qu’il n’y a plus d’argent et que ce n’est qu’après la vente du centre d’entraînement de Floréal, que le MTC envisagerait de les indemniser. Mais où est passée l’argent de la contribution des employés à ce plan de retraite depuis 2015 ? Que Jean-Michel Giraud, celui qui allait redresser la barre au MTC, viennent s’expliquer avec son Shan Ip, ex-Communication manager, s’il le veut !

De poids deux mesures

Alors que plus de 200 employés se retrouvent  sur le pavé, certains ex-employés jouissent toujours des largesses du MTC. Par exemple, un ancien président bénéficierait toujours d’un Health Care scheme alors qu’il ne travaille plus pour le club tandis que les employés qui touchaient un salaire de misère se retrouvent sans rien. Un employé avec 40 ans de service raconte n’avoir touché que Rs 10 000 après déduction de la taxe et contribution au plan de retraite du MTC. Scandaleux quand on sait le salaire des dirigeants du MTC. Ces mêmes qui critiquaient la PTP et Jean Michel Lee Shim ne savent plus où se cacher …Silence radio ! Pourquoi n’entend-on plus Jean-François Leckning ou Taslima Valayden, de fervents défenseurs du MTC ? Beaucoup accusaient la PTP et JMLS d’avoir causé la perte du MTC …mais on se rencontre bien vite que ces individus ne sont intéressés que par leurs intérêts. Pourquoi est-ce qu’ils ne viennent pas en aide aux plus démunis comme l’avait fait la PTP en 2022 pour soulager les palefreniers ? Ont-ils peur de copier JMLS ? Ils savent fort bien qu’ils n’arrivent pas à sa cheville, ils auraient pu au moins apporter un soutien moral à ceux qui se retrouvent sans rien.

Plan machiavélique

Pour Ravi Rutnah, tout était planifié. Et il n’a pas tort lorsqu’on analyse la chronologie des événements dans le licenciement des employés. En 2020, avec l’arrivée de la PTP, le MTC avait menacé ses employés de ne pas quitter le navire pour son concurrent sous peine de tout perdre : emploi, compensation, etc… Certains téméraires avaient fait fi de ces menaces et ils ont eu raison. Par contre ceux qui ont juré allégeance s’en mordent les doigts aujourd’hui. Le MTC avec le président Giraud à sa tête avait promis à ses employés qu’ils ne risquaient rien. Mensonge ! Il a berné tout le monde avec ses boniments, car il savait fort bien que si le MTC ne changeait pas de business plan, comme conseillé par Jean Michel Lee Shim, le MTC allait couler. Ce qui devait arriver arriva. En début de 2023, le MTC annonce qu’il n’organisera pas de courses. Pris de court, les employés du club bicentenaire sont dans le flou, mais le MTC annonce vouloir vendre le centre d’entraînement de Floréal pour avoir une grosse rentrée d’argent qui leur permettra de sortir de la crise financière. Mais à ce jour, rien ! Ni annonce officielle de la vente dudit centre, ni d’acquéreur potentiel.

Le MTC annonce aussi que les employés percevront leur salaire comme d’habitude mais que s’ils sont attrapés à travailler ailleurs, ils perdront tout. Gros coup de pression, qui oblige les employés à rester sur MTC-Titanic, quand ces mêmes dirigeants savaient très bien que le MTC allait mettre la clé sous le paillasson. Et en avril 2023, le coup de grâce. Le MTC annonce à ses employés qu’ils ne peuvent plus mettre les pieds dans les locaux du club, qu’ils ne percevront ni salaire, ni compensation, en gros qu’ils sont virés comme des malpropres. Pourquoi avoir mené en bateau ? C’est triste de le dire, mais ces  employés paient aujourd’hui de leur loyauté au MTC.

Jean Michel Giraud

La chute du MTC était un secret de polichinelle. Tout le monde était au courant que le club bicentenaire était mal géré, avec un business plan qui ne tenait pas la route et que le club allait tôt ou tard faire faillite. Seul un petit group, ou plutôt un clan avec un certain Jean-Michel Giraud à sa tête pensait le contraire. Si le MTC était agonisant, Jean-Michel Giraud lui a donné le coup de grâce. C’était ce même petit bonhomme arrogant qui affirmait que « Lekours pa pu faire zordi, ni demain » mais qui s’est très vite ravisé après l’entrée en piste de la People’s Turf PLC. Lui qui trouvait que certaines des recommandations du gouvernement étaient inacceptables, se démenait comme beau diable pour payer sa licence d’organisateur de courses en 2022. L’urgence de la situation lui avait remis les esprits en place. Mais la MTC n’avait pas retenu la leçon. En 2023, le club oublie de renouveler son bail pour la location du Champ de Mars avec la municipalité de Port-Louis. Et nous savons tous les conséquences : le MTC est hors-piste pour la saison hippique 2023. Jean-Michel Giraud ira dans l’histoire comme le fossoyeur du MTC.

Shan Ip

Si Jean-Michel Giraud était le maître, Shan Ip ex-Communication du MTC était le nègre de salon. Il trahissait et magouillait  pour faire plaisir à ses patrons, mais surtout pour réaliser ses propres desseins : comme par exemple se payer un pavillon de luxe d’un million d’euro à Balaclava. Le gnome malfaisant, qui depuis fait les poubelles pour ternir la réputation de la PTP, savait fort bien le sort réservé aux employés du MTC. Et ce même Shan Ip a eu le culot de se pointer à la manifestation tenue par le syndicat des employés du MTC comme pour se refaire une virginité. Aux dernières nouvelles, l’ex-Communication Manager s’improvise photographe et espionne les faits et gestes de la People’s Turf PLC pour ensuite pondre des articles dans la feuille de chou de Scooby Doo.

Le MTC a toujours était géré comme un club pour riches et les dirigeants-colons ne se sont jamais souciés du sort de ses employés. Ces messieurs dans leurs beaux costumes et ces dames sous leurs chapeaux stylés sabraient champagne et dégustaient des petits-canapés tandis les employés du MTC s’affairaient sous le soleil de plomb du Champ de Mars pour leur offrir spectacle, gloire et fortune. Et aujourd’hui d’un revers de la main, ces dirigeants nient toute implications dans la faillite du MTC, rejetant la faute soit sur le gouvernement, la People’s Turf ou encore Jean Michel Lee Shim. Le MTC ne pourra plus se cacher derrière de fausses excuses. Les responsables devront être traduits devant la justice et les employés du club doivent être indemnisés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.