April 19, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

Beau-Bassin: Une enseignante d’ICT agresse verbalement ses élèves

Les parents dont les enfants sont concernés en ont marre de se plaindre auprès de l’administration de l’école primaire et de constater que jusqu’ici aucune sanction n’a été prise. Cela se passe dans une institution scolaire qui porte le nom d’une illustre personnalité dont les performances des élèves sont considérées comme une marque de référence nationale. D’où davantage la nécessité de ne rien laisser au hasard et d’une action prompte en cas d’entorse de la part de celui ou celle qui doit assurer la réussite et la sécurité des élèves. 

Dans un environnement scolaire, aucune forme d’agression n’est permise et pourtant, nous en avons entendu parler de ‘bullying’ ou encore de comportements violents entre élèves. Cependant, il y a une autre forme d’agression qui perdure dans cet établissement scolaire depuis quelques temps où cette fois, il s’agit d’une enseignante qui harcèlerait ses élèves en utilisant un langage ordurier à leurs égards. L’administration ne semble malheureusement pas s’en soucier malgré les nombreuses plaintes des parents ou alors, elle se contente de noyer le poisson. Devant cette inaction, des parents irrités par cette situation, nous ont approchés pour dénoncer ce que leurs enfants endurent avec une enseignante qui se permet de les traiter de « kkchichi » ou encore de « stupide » ainsi que d’autres vilains mots que les enfants refusent de répéter. 

« Elle dit des gros mots », c’est en ces termes qu’une élève de la Grade 4 a relaté les faits à sa mère. Il parait que ce n’est pas la première fois que cette enseignante en informatique se permet d’utiliser des mots déplacés à l’égard de ses élèves. Notre interlocutrice, qui a tenu à garder l’anonymat par peur de représailles, nous informe aussi qu’il y a une semaine, cette même professeure s’est permise de « pousser la tête d’un enfant jusqu’à ce que ce dernier se rende au bureau en pleurant ». Un autre parent confirme ces propos en ajoutant que « cette enseignante s’est permise de dire aux élèves de la classe de mon fils que les autres matières ne sont pas importantes parce que, de nos jours, tout est lié à l’informatique ». Cette mère témoigne également que « mon fils est rentré de l’école complètement bouleversé en me disant que la prof de ICT les avait traités de stupides parce qu’ils ne savaient pas où se trouvait le ‘folder’ ».

Son ancienneté lui permet des écarts

Selon nos sources, cette enseignante serait en poste dans cet établissement scolaire depuis plus de 13 ans. Son ancienneté lui autoriserait certaines bavures, telles que des retards non notifiés ou encore des agissements non autorisés que l’administration ne dénonce pas. Une pratique contraire aux règlements qui nuit à la réputation de cette école très prisée dans la région de Beau Bassin. D’ailleurs, suite aux plaintes des parents, le maître d’école s’est contenté de psychanalyser lui-même l’enseignante. Encore faudrait-il qu’il ait les compétences nécessaires pour le faire ! De toute évidence, non, car le comportement de la jeune femme laisse croire qu’elle serait bipolaire et tant qu’elle ne maitrisera pas ses émotions avec l’aide d’un professionnel, son comportement risquerait de faire du mal à un plus grand nombre d’enfants. 

D’ailleurs, quand cet incident a éclaté, le maître d’école a convoqué l’enseignante concernée. En bonne comédienne, elle s’est mise à pleurer en prétextant qu’elle était victime des élèves turbulents ce qui, selon elle, expliquerait son comportement désagréable à l’égard de ces enfants. Une fois sortie du ‘confessionnal’, sans vergogne, l’enseignante affiche un grand sourire à ses élèves. « Elle a fait semblant de pleurer avec le maître d’école », avance un enfant, visiblement perturbé par cette situation. 

De plus, ces élèves ont répété à leurs parents que cette prof aurait dit qu’elle « n’aime pas les enfants de cette classe ». A reconnaitre que ce sont des choses très dures à attendre pour ces petits. Autre fait qu’en témoigne une élève, cette enseignante aurait une méthode très particulière pour faire taire les enfants. « Il y avait un groupe qui parlait en classe et elle les a obligés à enlever leurs chaussures », explique la petite. 

Deux poids, deux mesures

On se demande à ce moment-là si le recteur de l’école ne devrait pas informer le Service Diocésain de L’Éducation Catholique (SeDEC) de la situation, car cet établissement scolaire tombe sous la tutelle diocésaine. De ce fait, nous avons approché le SeDEC et le responsable de communication, Clive Anseline affirme que ce dossier a été pris au sérieux et que le nécessaire a été fait. « Cette enseignante est suivie de près par une conseillère pédagogique. En ce qui concerne les plaintes reçues, nous avons transféré cette classe à un autre professeur et le problème est réglé », déclare M. Anseline. Sauf que le problème est toujours entier car, même si cette classe de Grade 4 a été attribuée à un autre professeur, l’enseignante en question continue à tétaniser d’autres élèves tandis que l’administration de l’école fait toujours l’autruche.

Leave a Reply

Your email address will not be published.