Read Time:3 Minute, 30 Second

Nous, les musulmans, avons la chance de vivre dans un pays où nos droits sont respectés. Nous avons la possibilité de pratiquer notre religion en toute liberté. Tout n’est certes pas parfait, mais il est légitime d’affirmer que nous sommes une minorité protégée.  Mais nous devons aussi respecter les choix des autres, car le respect de l’autre est aussi l’appel au respect mutuel.  D’autant plus que nous sommes particulièrement bien placés pour comprendre les logiques de la diabolisation, médiatique notamment. Et la force de la société mauricienne, qui qui a ses défauts, nombreux comme on le sait, tient au fait qu’il y a un pacte de la tolérance.


Ceci dit, le comportement d’une minorité au sein d’une minorité ne doit en aucun cas justifier les amalgames ou les provocations. On a l’impression aujourd’hui que la parole haineuse est libérée. Ainsi, celui qui vit sa foi paisiblement, qui vit dans un rapport de paix avec l’autre est mis sur le banc des accusés. On lui demande, par ailleurs d’expliquer les agissements des autres. On relègue aux oubliettes la complexité d’une communauté dont les sensibilités sont nombreuses et divergentes. On devient le bouc-émissaire, qui incarne le mal, il faut le préciser, qui vivent sereinement leur foi et ceux qui ont d’autres logiques est encore plus dangereux. On ne guérira pas des excès par des excès inverses, ainsi en enfermant toute une communauté dans l’étau de la caricature, des stéréotypes , sinon même de la haine.


Il est impératif, par ailleurs, de s’éduquer. On est effarés par la médiocrité hallucinante des débats sur Facebook et ailleurs. L’arrogance côtoie les courts-circuits de l’esprit quand ce ne sont pas carrément des appels à la violence. Il faut s’engager à comprendre l’autre dans sa complexité. En d’autres mots, lire, réfléchir, dialoguer, briser les mythes, non parce qu’il s’agit de tout accepter, loin de là, mais parce que l’ignorance sert de combustible au fanatisme, elle nourrit les fantasmes, les peurs et génère la violence.


Le paysage religieux de Maurice est traversé par des changements très rapides. La mondialisation, la mobilité simplifiée par l’accroissement des modes de transport et l’utilisation massive d’Internet ont créé les conditions pour une meilleure compréhension entre les différentes communautés.
Ainsi, les réponses politiques pour une cohésion et intégration communautaire se basent davantage sur la promotion de l’égalité et des droits fondamentaux. Il est important de veiller à ce que les différentes communautés intensifient les efforts dans les domaines d’un dialogue accru, de l’inclusion sociale et des politiques de non-discrimination apportant leur soutien aux minorités, ce qui, en fin de compte, aura des répercussions positives sur l’ensemble de la société.


Beaucoup de musulmans admettent qu’ils devraient, eux aussi, s’engager davantage au niveau de la société en général, afin de surmonter les obstacles et les difficultés qu’ils doivent affronter et d’assumer une plus grande responsabilité au niveau de l’intégration. Toutefois, l’engagement et la participation nécessitent également l’encouragement et le soutien de la société en général. Il est un fait que des têtes brûlées, avec des sombres motifs et des agendas cachés empoisonnent l’esprit des musulmans pour leur faire croire que la communauté musulmane est ciblée et font l’objet de discrimination, d’oppression. Ceux qui propagent ces faussetés doivent être dénoncés, car ils mettent autant en péril le tissu social du pays qu’il tentent d’amener les musulmans à se sentir persécutés (victimized).


À ces esprits malades et dangereux, nous avons ceci à dire : si la communauté était mise au courant du nombre de musulmans qui a été recruté dans le service civil entre 2014 et 2019 (sans compter les promotions, la nomination à des postes hiérarchiques), elle verrait que sous les 15 ans de Prime ministership de Navin Ramgoolam, un cinquième n’a pas été accompli. Ajoutez à cela, l’ouverture d’une ambassade en Arabie Saoudite, les améliorations et les nouvelles facilités pour le pèlerinage. À la vérité, c’est sous Navin que la communauté musulmane aura été « victimized ».
CASSAM DHUNNY

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post « Musulmans pas finne vote moi »
Next post Sudhir Maudhoo :
Close