January 27, 2023
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

Faillite !

0 0
Read Time:3 Minute, 7 Second

Nous aimons nous regarder dans le miroir quand Mo Ibrahim et autres indicateurs économiques nous mettent en première place des pays « à haut revenu » et « démocratique ».Notre égo est tellement fort que nous ne pouvons résister à cet exercice de « selfi…sh », qui ne fait que montrer qu’en terme d’arrogance, nous pouvons abattre la concurrence.

Mais quand il s’agit de montrer notre solidarité avec ceux qui font honneur au pays, c’est la faillite la plus totale. Ce qui se passe dans le cas de l’entraîneur Georges Jerome Vieillesse, pas « qualifié » pour accompagner son athlète Noa Bibi dans une compétition à l’étranger. Et pourtant, tous les sportifs vous le confirmeront :On ne devient pas athlète de haut niveau seul. Mais au travers d’une chaîne de solidarité qui inclut les parents d’abord et ensuite les entraîneurs.

Et ironiquement, alors qu’il n’y a pas d’argent pour M. Vieillesse, nous apprenons que l’entraîneur des gardiens de but de la sélection mauricienne de football a été arrêté, mardi dernier, par la police Sud-Africaine, et fait face à une accusation d’agression sexuelle. Bien entendu, la présomption d’innocence tient dans son cas, et nous laissons la police, et ensuite la justice, faire leur travail. Mais toujours est-il que lui a pu avoir le feu vert, et les fonds qui vont avec, pour voyager. Tandis que l’entraîneur de Noa Bibi doit subir l’humiliation de ne pas pouvoir accompagner son poulain. Alors que son athlète a établi deux records au 100 et 200 mètres. Prouvant que le travail assidu paie.

Les responsables auraient donc dû savoir faire la part des choses, et reconnaître la contribution de son entraîneur dans ces deux records. Il est triste qu’en 2022 des sportifs, incluant leurs entraîneurs, doivent encore une fois mendier. Et pourtant, notre île aurait dû les considérer comme des ambassadeurs. Car, non seulement ils font flotter le quadricolore, mais ils mettent notre pays sur la carte mondiale. Et ce genre de travail se fait plus spontanément que ce qui se passe par la voie diplomatique.

Georges Vieillesse ne demande pas l’aumône. Juste ce qui aurait dû automatiquement lui revenir de droit. Les fléaux sociaux menacent notre jeunesse et les autorités « compétentes » auraient dû encourager les jeunes qui choisissent la filière sportive. Et leurs entraîneurs méritent aussi un coup de chapeau. Car, au lieu de baisser les bras face aux drogues qui minent notre pays, ils ont décidé de combattre, en orientant notre jeunesse vers les salles de gym et les aires d’entraînement.

Des hommes comme Vivian Gungaram, Haroon Ally Durbass et Georges Vieillesse, sans oublier ces autres qui ont dédié leur vie au sport, auraient dû bénéficier d’une reconnaissance éternelle de la part de l’Etat. Mais malheureusement, on n’a pas encore compris qu’il faut enlever les visières politiques et communales, et ne voir que ce que l’athlète et son entraîneur, apportent de positif au pays. Car, le sport aide non seulement à se surpasser, mais aussi à rassembler. Personne ne semble comprendre cela. Et c’est pour ça que des hommes comme Georges Vieillesse doivent subir l’humiliation. Après avoir pourtant donné le meilleur d’eux-mêmes.

Le bon sens doit prévaloir. Ce monsieur ne part pas en voyage d’agrément. Il veut juste qu’on reconnaisse sa contribution, et qu’on déroule le tapis rouge devant lui. C’est le moins qu’on puisse faire pour lui. Surtout au vu de ce que Noa Bibi a fait pour l’athlétisme mauricien. Ne laissons pas la vieillesse nous empêcher de réfléchir. Sachons discerner ce qui est bien pour nos jeunes. Georges Jerome Vieillesse méritait une toute autre considération !

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.