July 24, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News

Groupes WhatsApp de parents d’élèves : Le cauchemar ?

Désormais, chaque classe, ou presque, à son compte WhatsApp entre parents et profs et les conversations, parfois utiles, se transforment trop souvent en défouloirs qui gênent énormément. Il y a un besoin urgent de rappeler aux parents d’utiliser intelligemment leurs appareils portables car cela devient complètement incontrôlable.

« Joshua ne pourra pas faire son devoir. Mathéo a mal aux dents et il ne peut venir à l’école. Kaydon a perdu son bonnet, est-il dans le sac de votre enfant ? Céline a fait un beau dessin, le voici ! » Ou alors ce sont les chaînes de messages à partager et les bonjours et bonsoirs persistants, etc. WhatsApp est remplie de ce genre de messages alors que le but du groupe des parents avait pour objectif que les profs puissent envoyer des devoirs et faire un suivi de ses élèves. WhatsApp. C’est l’enfer !

Entre les emojis et les messages futiles, se trouvent rarement quelques pépites d’informations véritablement utiles, comme de petits éclats d’or tamisés au sommet d’une montagne isolée. Les groupes WhatsApp, gérés par les profs pour les parents des camarades de classe de vos enfants, n’ont pas grand-chose pour les sauver durant cette période de pandémie. En l’absence de tout besoin régulier de discussions sur la logistique, ces groupes peuvent s’engager dans des discussions telles que celles sur les incidents graves à l’école qui s’avèrent généralement tout sauf graves et la plupart du temps même pas d’incidents du tout.

Il y a des parents qui ont probablement du temps libre pour voler de précieuses minutes d’écran et même des minutes réelles à ceux qui sont occupés, avec des messages de groupe insensés et parfois vides de sens et inutiles sans but évident. Avec cette affirmation, j’offense probablement des gens, je sais mais vous voyez, je suis là juste au cas où quelque chose d’important surviendrait. Ces jours-ci, la joie de recevoir un message du groupe WhatsApp des parents d’élèves est partie et je suis souvent accusée par ceux qui vivent à proximité de moi d’être « toujours sur mon téléphone ». Coupable tel qu’inculpée, Votre Honneur. « Si je tenais un livre ou une copie physique d’un quotidien connu, serais-je accusée de crimes aussi odieux que de ne pas accorder suffisamment d’attention à certaines personnes ? » Je plaide derrière mon flux Facebook ou ma messagerie professionnelle. Et si je n’étais pas coincée dans mon téléphone à chaque instant, qui enverrait ces pouces vers le haut et des émoticônes de rire pleurant à tous ceux qui envoient ces messages dans le groupe ? Alors chers parents, de grâce posez ce téléphone et laissez la place aux profs de vos enfants !

Leave a Reply

Your email address will not be published.