March 24, 2023
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News

La Chloroquine : Efficace ou pas ?

0 0
Read Time:6 Minute, 30 Second

L’hydroxychloroquine et la chloroquine sont deux médicaments qui ont récemment fait la une des journaux dans certains pays comme étant des traitements possibles du coronavirus (COVID-19). Les autorités américaines et françaises ont autorisé l’utilisation de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine, mais le régulateur de l’UE et l’OMS affirment que la science n’appuie pas cette décision. L’autorisation d’urgence de la FDA, délivrée la semaine dernière, donne aux médecins la possibilité de prescrire les médicaments, ce que le président Donald Trump a recommandé. Cependant, les deux médicaments ne sont pas prouvés et testés pour traiter le COVID-19, et ont des effets secondaires rares, mais potentiellement mortels. Cette décision a contourné le processus habituel d’approbation des médicaments, y compris les essais cliniques, alimentant un débat mondial sur la pertinence des médicaments pour traiter la maladie.

C’est quoi la Chloroquine et L’hydroxychloroquine au juste ?

Ce sont deux antipaludéens utilisés auparavant pour traiter le paludisme, approuvés par la FDA qui sont utilisés depuis de nombreuses années. La chloroquine a été initialement développée en 1934 dans la société pharmaceutique Bayer et utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale pour prévenir le paludisme. Il n’y a pas suffisamment de données médicales pour le moment pour prouver que l’hydroxychloroquine et la chloroquine fonctionnent pour COVID-19 – alors que certaines petites études suggèrent que les médicaments peuvent être utiles, d’autres études n’ont vu aucune différence. Un homme de l’Arizona est décédé et sa femme a été hospitalisée après avoir pris une forme de chloroquine, que le président Trump a présentée comme un traitement efficace contre le COVID-19. Le couple a décidé de se soigner lui-même avec du phosphate de chloroquine, qu’ils avaient sous la main pour tuer les parasites dans leurs poissons, après avoir entendu le président décrire le médicament comme un « Game Changer ». Plusieurs médicaments, dont la chloroquine, ont montré la capacité d’empêcher les coronavirus d’infecter des cellules in vitro. Mais ces médicaments n’ont pas fait l’objet d’études intensives car ils n’ont finalement pas montré suffisamment d’activité pour être examinés plus avant. Lorsque le nouveau coronavirus est apparu, de nombreux médica ments qui avaient montré une certaine promesse initiale contre les coronavirus apparentés étaient en tête de liste aussi dignes d’une évaluation plus approfondie que les traitements possibles. La science est donc réelle et un certain nombre de laboratoires dans le monde étudient actuellement ces médicaments et les testent dans des essais cliniques aux États-Unis, en France et en Chine. Mais jusqu’à présent, il n’y a pas de consensus quant à savoir si les médicaments sont sûrs et efficaces pour traiter COVID-19, car il est encore très tôt dans le processus de test

Des études démontrant des résultats positifs pour l’hydroxychloroquine et la chloroquine

Étude 1 – 16 mars 2020

Des chercheurs chinois ont signalé que plus de 100 personnes atteintes de COVID-19 avaient été traitées à la chloroquine. Ces patients avaient une maladie moins sévère et une durée de maladie plus courte que ceux qui n’avaient pas reçu de chloroquine. Cependant, les résultats de ces études ne sont pas encore disponibles, et nous n’avons pas beaucoup d’informations sur le type de personnes qui ont reçu ce médicament, ou sur la dose qu’ils ont prise et pendant combien de temps.

• Étude 2 – 20 mars 2020

Une étude en France a rapporté que les personnes ayant reçu 600 mg d’hydroxychloroquine avaient moins de virus (charge virale) dans le corps. Le problème avec cette étude est que des comparaisons ont été faites entre les patients de différents hôpitaux. Il est donc difficile de savoir si les améliorations sont dues à l’hydroxychloroquine ou à d’autres choses. Et, sur les 26 personnes qui ont reçu initialement l’hydroxychloroquine, 6 personnes (23%) ont dû arrêter le traitement en raison de nausées, d’une aggravation de la maladie. Six personnes de cette étude ont également reçu de l’azithromycine (un antibiotique courant) avec de l’hydroxychloroquine. Ces personnes avaient une charge virale encore plus faible à la fin de l’étude par rapport à celles qui n’avaient reçu que de l’hydroxychloroquine. Ce groupe de recherche a publié plus tard un autre article portant davantage sur l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dans une étude portant sur 80 personnes (dont les 6 ci-dessus). Ils ont noté que 93% avaient éliminé le virus après 8 jours. Parce que cette étude n’avait pas de groupe témoin, il n’est pas clair si les personnes qui n’ont pas reçu ces médicaments auraient vu des résultats similaires. Plus d’informations sur la sécurité sont également importantes car la prise d’azithromycine et d’hydroxychloroquine ensemble peut augmenter le risque d’effets secondaires graves, en particulier un rythme cardiaque irrégulier. En fait, plusieurs groupes de cardiologie, dont l’American Heart Association, ont publié une déclaration commune mettant en garde contre les risques cardiaques associés à l’utilisation de ces médicaments et la surveillance supplémentaire qui pourrait être nécessaire pour les patients COVID-19 qui les prennent.

• Étude 3 – 31 mars 2020

Une petite étude de 62 personnes à Wuhan, en Chine, a examiné l’efficacité de l’hydroxychloroquine pour les patients hospitalisés atteints de COVID-19 léger. La toux et la fièvre se sont améliorées environ 1 jour plus tôt pour ceux qui ont reçu 400 mg d’hydroxychloroquine pendant 5 jours par rapport à ceux qui n’en ont pas reçu. De plus, la pneumonie s’est améliorée chez 25 des 31 patients qui ont reçu de l’hydroxychloroquine (contre 17 sur 31 dans le groupe qui n’en ont pas reçu).

Des études démontrant des résultats négatifs pour l’hydroxychloroquine et la chloroquine

Étude 4 – 24 mars 2020 Dans une petite étude de Shanghai portant sur 30 personnes atteintes de COVID-19, la moitié a reçu 400 mg d’hydroxychloroquine pendant 5 jours alors que l’autre moitié n’en a pas reçu. À la fin de l’étude, 13 personnes (87%) qui ont reçu de l’hydroxychloroquine ont donné un résultat négatif au test COVID-19, contre 14 personnes (93%) qui ont également obtenu un résultat négatif mais n’ont pas reçu le médicament. Cela suggère que l’hydroxychloroquine n’a pas fait de différence dans la récupération. De plus grandes études sont nécessaires pour confirmer les résultats.

• Étude 5 – 30 mars 2020

Une autre petite étude en France a voulu vérifier les résultats de l’étude 2 ci-dessus, ils ont donc donné à 11 personnes la même combinaison d’hydroxychloroquine et d’azithromycine. Après 6 jours, 8 des 10 patients étaient toujours positifs, (1 personne n’a pas pu être testée en raison de sa mort). En plus du décès, deux personnes ont été transférées aux soins intensifs et une a dû arrêter le traitement en raison d’effets secondaires. Cette étude était courte et, comme une autre étude ci-dessus, n’avait pas de groupe témoin auquel comparer les patients.

L’hydroxychloroquine ou la chloroquine peuvent-elles prévenir ou guérir le COVID-19?

Au moment d’écrire ces lignes, l’hydroxychloroquine et la chloroquine ne sont pas approuvées par la FDA pour la prévention ou le traitement de COVID-19. Des données supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre l’efficacité et l’innocuité de l’hydroxychloroquine et de la chloroquine pour COVID-19. Ceci est particulièrement important car les rapports actuels sont basés sur un petit nombre de patients, certains ayant reçu des doses généralement plus élevées que ce qui a été approuvé pour d’autres conditions. Il n’a pas encore été démontré que l’hydroxychloroquine et la chloroquine préviennent le COVID-19 en milieu communautaire ou hospitalier. Dans les études citées ci-dessus, les patients n’ont reçu ces médicaments à l’hôpital qu’après confirmation de la présence de COVID-19. En outre, l’autorisation d’utilisation d’urgence de la FDA pour l’hydroxychloroquine et la chloroquine ne concerne que les patients hospitalisés qui ne peuvent pas participer à un essai clinique. De nombreuses études cliniques sont actuellement en cours pour trouver un traitement pour COVID-19, et la FDA travaille avec divers organismes gouvernementaux, centres universitaires et sociétés biopharmaceutiques pour accélérer le processus

Zuhayr DHUNNY

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %