May 20, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

La ministre de l’Education reconnaît l’échec de l’Extended Programme

La ministre de l’Education reconnaît l’échec de l’Extended Programme

La Private Notice Question du leader de l’Opposition, à l’Assemblée nationale, hier, a permis à la ministre de l’Education, Leela Devi Dookun-Luchman de faire le point sur les résultats obtenus depuis l’introduction de l’Extended Programme dans les écoles secondaires en 2018. Ces résultats sont pour dire le moins catastrophiques au vu des chiffres cités par la ministre  qui a elle-même reconnu que «ce ne sont pas les résultats que nous attendions». La ministre a certes montré qu’elle avait une très bonne maîtrise du sujet mais cela n’a pas suffi pour satisfaire le leader de l’Opposition.

Répondant aux questions supplémentaires de Xavier Duval, la ministre s’est longuement expliquée sur les efforts entrepris par son ministère et par les enseignants spécialisés pour changer la donne. Le leader de l’opposition, n’a cependant pas caché sa déception face aux réponses de la ministre.  Quelque peu irrité par les réponses élaborées de la ministre, Xavier Duval devait lancer  «Ce qui m’intéresse ce n’est pas le travail abattu par le ministre et ses officiers mais les résultats obtenus. Or, visiblement le résultat est un vrai désastre. C’est à se demander s’il faut continuer à envoyer certains enfants à l’école sans qu’ils n’apprennent rien au final».

Xavier-Luc Duval voulait savoir du vice-Premier ministre et ministre de l’Education le nombre d’élèves qui ont bénéficié de l’Extended Programme mis en place par le ministère de l’Education en 2018, le nombre d’élèves des grades 7 à 9 et 9 + qui suivent ce programme actuellement,le nombre d’échecs enregistrés et le nombre d’élèves qui ont refusé de participer aux examens du National Certificate of Education (NCE). Dans sa réponse, la ministre de l’Education a expliqué  la philosophie derrière l’Extended Programme dont le curriculum est étalé sur quatre ans au lieu de trois afin de s’adapter au rythme d’apprentissage des élèves. L’Extended Programme, a dit la ministre, est un élément clé de la réforme de l’éducation dont la finalité est de donner à tous les élèves des chances égales de réussir leur vie indépendamment de leurs aptitudes académiques ou techniques.

Concernant les cours spécialement formatés de l’Extended Programme, 12 273 élèves en ont bénéficié de 2018 à ce jour. De ce nombre, 11 172 sont des élèves des grades 7,8, 9 et 9+. Depuis leur enrôlement, 277 élèves ont abandonné l’école, 71 élèves ont réussi aux examens du NCE, 468 ont choisi de ne pas y participer, et 457 participe aux cours techniques dispensés par le Mauritius Institute of Training and Development (MITD).

Le leader de l’Opposition a soutenu que l’Extended Programme, dans sa forme actuelle, n’est pas adapté aux besoins des enfants et que les cours ne sont pas appropriés car seulement 71 élèves sur 3291 ont réussi aux examens, ce qui représente à peine 2%, soit un taux d’échec de 98 %. Se référant à un rapport de la Banque Mondiale sur le système d’éducation, datant de 2020, le leader de l’Opposition s’est étonné que le ministère n’ait appliqué aucune des recommandations faites dans le rapport à propos des enfants ayant des déficiences académiques. Les parents, dit-il, n’ont pas été mis à contribution comme recommandé dans le rapport. Ce dont s’est défendu la ministre en précisant que les enseignants ont été spécialement formés pour travailler avec ces élèves et que la National Social Integration Foundation (NSIF) ainsi que des organisations gouvernementales et des psychologues accompagnent ces élèves et sont en contact permanent avec les parents.

Tout en insistant sur les efforts entrepris par le ministère et les enseignants, le ministre a  reconnu que les résultats obtenus sont loin de la satisfaire  car il est très difficile de travailler avec des élèves ayant des aptitudes mixtes. L’Extended Programme est actuellement en phase d’évaluation et des mesures correctives seront apportées afin de le rendre plus adapté aux besoins et aux aptitudes des élèves, a conclu la ministre.

Leave a Reply

Your email address will not be published.