May 20, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

L’association des petits actionnaires conteste le lieu choisi pour la réunion

L’assemblée générale annuelle d’Air Mauritius, la première depuis la pandémie de Covid-19, a eu lieu, hier, à l’hôtel Sugar Beach. Cette assemblée générale, qui a été l’occasion pour tous les actionnaires de prendre connaissance des bilans financiers pour les années 2020-2021 et 2021- 2022, n’a pas été du goût de l’association des petits actionnaires qui l’a fait savoir par la voix de son secrétaire, Raj Ramlagun.

Ce dernier conteste le choix du lieu où s’est tenue l’Assemblée générale. Raj Ramlagun explique que le gros de l’actionnariat d’Air Mauritius est détenu par le gouvernement à 99,9% mais ce n’est pas une raison, dit-il, pour que l’assemblée se tienne dans un hôtel de luxe car il s’agit de l’argent public. Il aurait fallu choisir un autre lieu, à Ebène ou dans un des locaux de BPML ou ailleurs dans un endroit qui témoigne de la rigueur dans la gestion des finances de la compagnie. Le lieu choisi montre bien le «mindset» qui prévaut à la direction d’Air Mauritius alors que la compagnie est toujours dans le rouge, dit-il.

L’assemblée générale d’hier revêtait une importance particulière car, depuis sa mise sous redressement, la compagnie nationale d’aviation a vécu, d’importants événements dont son «delisting» de la Bourse de Maurice, au début de l’année dernière. Ce désenregistrement avait été rendu nécessaire en raison de la création d’Airport Holdings Ltd (AHL), à la fin de 2021, une nouvelle entité détenue à 51% par le gouvernement et la différence par Mauritius Investment Corporation (MIC), filiale de la Banque de Maurice.

Ce qui avait suscité une vague de protestations de la part des petits actionnaires car avec la création d’AHL il fut demandé à tous les actionnaires d’Air Mauritius de vendre la totalité de leurs actions à cette nouvelle entité qui regroupe également Airports of Mauritius Ltd. Si les «corporate» comme Rogers, Air France et Air India, ainsi que certains petits actionnaires, avaient consenti de le faire librement, d’autres actionnaires avaient décidé de résister à la procédure d’acquisition obligatoire de leurs actions. Le noyau dur de l’Association des petits actionnaires de MK a résisté à cette démarche en logeant une motion en Cour suprême pour contester cette décision d’AHL. L’affaire n’a toutefois pas encore été entendue, ce qui fait que les résistants sont toujours actionnaires d’Air Mauritius

Leave a Reply

Your email address will not be published.