July 2, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

LE BOND MAGISTRAL DE MAURICE

0 0
Read Time:3 Minute, 55 Second

Maurice améliore sa performance de sept places comme juridiction où il est facile d’investir et de faire des affaires. Comme dirait l’Anglais c’est un « milestone achievement » qu’on aurait tort de minimiser car il y va de la survie économique et  l’avenir du pays. En effet, selon le rapport « Doing Business 2020 » de la Banque mondiale qui mesure la réglementation commerciale et son application dans quelque 190 économies du monde, Maurice se classe à la 13ème position mondiale sortant d’une 20éme place.  Il convient de préciser que le rapport  le fait ressortir que c’est le meilleur classement du pays depuis sa publication en 2007.
 
Le Doing Business Report  recense divers indicateurs réglementaires liés au commerce, tels que la création d’une entreprise, l’obtention de permis de construire, l’obtention de l’électricité, l’enregistrement d’un bien immobilier, l’obtention d’un crédit, la protection des investisseurs minoritaires , payer des impôts, le commerce transfrontalier, le respect des clauses de contrats et résoudre les problèmes d’insolvabilité.
 
Selon le rapport, le classement actuel est le résultat de réformes bien inspirées  menées par les autorités publiques en étroite concertation avec le secteur privé.

En tant que membre du comité de pilotage de haut niveau sur le « Doing Business »  le MCCI a travaillé en étroite collaboration avec le secteur public, notamment l’Economic Development Board  (EDB) sur la mise en œuvre de l›initiative en matière de licences électroniques, les réformes techniques, la mise en place d’un cadre d’évaluation de l’impact de la réglementation (AIR) ainsi que la prédisposition de l’écosystème et des incitations nécessaires pour améliorer la facilité de faire des affaires et investir à  Maurice.
 
Parmi les dix indicateurs clés, Maurice se classe actuellement parmi les 30 premiers pays du monde sur huit indicateurs.  Par ailleurs,  en ce qui concerne les indicateurs tels que  «Payer les impôts» et «Délivrer  les permis de construction », Maurice figure parmi les 10 premiers pays du monde en termes de facilitation du commerce.

Toutefois, le rapport s’appesantit sur les réformes visant à améliorer l’accès au crédit et les échanges transfrontaliers qui devront être renforcées en priorité au cours de la prochaine année.
 
Selon la MCCI, elle continuera défendre avec ardeur  la facilitation des affaires afin de fournir l’écosystème le plus approprié aux  entrepreneurs désireux à investir à Maurice.

La publication de ce rapport arrive à point nommé et  administre une gifle cinglante a ceux qui utilisent l’argumentaire selon lequel les investisseurs se sont refroidis et seraient timorés à faire des affaires a Maurice en raison de ce que le détracteurs qualifient de « démantèlement par vendetta politique » de l’empire de la BAI.
 
Il faut arrêter de se mentir.  Ce gouvernement a un bilan très positif s’agissant de la mise en œuvre de l’environnement propice pour capter le flux d’investissements étrangers. Le Dr Padayachy, qui est pressenti comme le futur Ministre des Finances sous un gouvernement de l’Alliance Morisien, l’a d’ailleurs très bien expliqué lors d’un débat radiophonique, et aussi ce qu’est la vision de Pravind Jugnauth, à savoir l’ambition visionnaire de faire de Maurice une destination de recherche par excellence en pharmacologie de pointe et dans la Fintech.  Dans cette optique il a énuméré ce qui  a été fait par le Gouvernement avec le plus grand sérieux en termes de projets de loi votés pour faciliter l’obtention de brevets et le droit de propriété intellectuelle, cruciaux pour développer ces pôles d’intérêts très porteurs pour Maurice. 
 
Il est regrettable de voir comment pour démolir l’adversaire politique les détracteurs de Pravind Jugnauth et son équipe compétente s’attardent sur des élucubrations des uns et des autres en occultant les réalisations tangibles et concrètes qui caractérisent la passation de pouvoir entre SAJ et son fils. Père et fils ont tous les deux des bilans à leur actif. Ce qui est le contraire de Navin Ramgoolam qui pèche par manque d’imagination et d’idées innovantes. Il n’y a qu’à voir son programme. C’est du copier-coller sur celui de l’Alliance Morisien avec quelques largesses côté et d’autre ; alors qu’il avait eu trois mandats pour réaliser tout ce qu’il promet de faire dans l’éventualité d’une reprise du pouvoir.
 
Mais sachez Monsieur Navin que même dans une autre vie vous n’étiez pas apte à diriger et dans le présent vous  êtes encore moins apte à diriger.  Un jour Harish Boodhoo avait dit de vous la phrase suivante «  Navin, sa, pou fer presidan ene clib domino li pa bon »  et il ne croyait pas si bien dire.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %