May 20, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Politique

Le MSM, Pravind et son armée de jeunes trop forts

Pravind Jugnauth a prouvé qu’à lui seul, il peut tenir tête aux ténors de la politique locale. Et de quelle manière. Sans diminuer les mérites de son partenaire minuscule qu’est le ML, le chef de file du MSM a démontré sa force de frappe quand on le cherche. Les résultats des dernières élections sont plus qu’éloquentes à l’égard du Jugnauth Jr. En sus d’éliminer les poids lourds sur sa liste de candidats, Pravind Jugnauth avait pris le risque d’aligner des néophytes sur le gril du départ. Ceux qui avaient été sur la touche ont tout simplement tiré leur révérence en acceptant la décision du leader du MSM. Certes, certains ont joué au cache-cache ou ont encore fait fi de leur leader en allant chercher l’herbe verte ailleurs. Cependant, force est de reconnaître, qu’au fil des années, Pravind Jugnauth s’est forgé une réputation de battant et il a tout simplement étalé toute sa classe de leadership en menant sa troupe à bon port.

Allons-y pour une analyse de la performance des candidats qui ont défendu l’emblème soleil et le double carré de l’Alliance Morisien.

No. 1 – Grande première pour Dorinne Chukowry

La nouvelle recrue du MSM, Dorinne Chukowry s’est permis le luxe de s’offrir la tête de deux têtes de série du MMM dans une bastion mauve à savoir Marie Arianne Navarre et Veda Baloomoody et le nouveau rouge Barbier.

No. 2 – Déception et incompréhension

C’est la circonscription où le MSM croyait réussir un joli coup. Les ingrédients étaient n’ont pas manqué pour une bonne moisson. Mais, c’était mal connaître le secret des urnes qui a donné un verdict amer au MSM. Va falloir repasser.

No. 3 – Husnoo victime de sa franchise

Le sympathique Anwar Husnoo avait cru tenir le bon bout pour se faire élire. Mais, il n’a pu maintenir la cadence face à l’armada rouge. Notons qu’il a même été malmené par ses adversaires. Cependant, il a pu tirer son épingle du jeu en s’octroyant un siège de best loser.

No. 4 – Les belles et le revenant sans opposition

Qu’on se le dise, les adversaires de l’Alliance Morisien n’étaient pas de taille à rivaliser avec le trio de Pravind Jugnauth. C’est sans surprise que Lesjongard et ses deux colistiers à savoir Subhasnee Lutchmun Roy et Joanne tour infligeaient une raclée à leurs opposants dont un certain Pradeep Jeeha.

No. 5 – Callichurn haut la main

Le ministre sortant de la circonscription, à savoir Soodesh Callichurn ne pouvait être battu. Son score de 22 993 voix obtenu en dit long. Il a relégué son colistier Ramkaun de plus de 3 000 voix. Seul hic, c’est l’élection de Ranjiv Woochit du Ptr qui a privé l’Alliance Morisien d’un succès sans bavure.

No. 6 – Gungah rate le coche

Bien que diminué par la défaite du ministre sortant Ashit Gungah, le MSM continue à régner dans le nord du pays. Deux jeunes ont fait basculer la victoire du côté du MSM. En guise de récompense, cette circonscription a eu son portefeuille ministériel.

No. 7 – Mutation victorieuse pour Manish Gobin

L’ancien Attorney General a quitté son fond sud du 13 pour atterrir au no. 7. Pari difficile car il n’était pas donné à n’importe qui pour remplacer Sir Anerood Jugnauth et faire oublier Lutchmeenaraidoo et Ravi Rutna. Digne chef de file du MSM, Manish Gobin a bel et bien rempli sa mission. 3-0 pisso. Et le règne du MSM continue.

No. 8 – Pravind Jugnauth solide comme un roc

Pravind Jugnauth, soutenu comme il se doit par ses deux colistiers, ont fait de leurs adversaires rouges et mauves des pales figurants dans cette joute électorale. Tel un rouleau compresseur, l’Alliance Morisien avait asphyxié ses adversaires dès les premiers intentions de vote furent comptées. Dès lors, les partisans et candidats du Ptr et du MMM savaient que la messe était dite. Pravind Jugnauth confirmait son statut de leader et il rejoignait le cercle des grands leaders politiques de son temps.

No. 9 – L’ex bras droit et l’élève s’offrent leur prof

Le pseudo-roi de l’est qu’est Anil Bachoo a vu que du feu. Sudheer Maudhoo et Vikash Nuckcheddy, son ancien bras droit et son élève, soutenu par Balgobin Darsanand, se sont « marié piké » pour s’offrir Anil Bachoo. Ce dernier n’est plus cette arme fatale politique de ses adversaires. Qui plus est, le bras droit est promu ministre pour son allégeance au MSM et aussi pour démontrer la trahison de Anil Bachoo envers le parti soleil.

No. 10 – La victoire de Hurdoyal

Il avait délaissé son no. 5 pour aller au no. 10 pour se refaire une santé politique. Mais, Navin Ramgoolam a mal fait ses calculs en classe et il a chuté pour la deuxième fois de suite. Son tombeur n’est autre qu’un jeune qui avait ses premières armes chez les Rouges avant de se voir ignorer par le Ptr et son leader. Navin Ramgoolam doit son échec à sa trahison aux vrais travaillistes qui l’avaient soutenu et envers qui, il avait tourné le dos. Un 3-0 en faveur du MSM donnait plus d’éclat à la victoire des tombeurs de Ramgoolam.

No. 11 – Tir groupé du MSM

À en voir les chiffres, on a l’impression que le vote bloc a été suivi à la lettre. Moins de 1 000 votes séparent les trois candidats de l’Alliance Morisien au décompte final. Un grand du Ptr en la personne de Rajesh Jeetah mordit la poussière. Plus de 3 000 votes le séparait de Naveena Ramyead, le troisième candidat MSM.

No. 12 – Hurreeram confirme et grande première pour Doolub

Tous ceux qui ne vendaient pas cher la peau de Bobby Hurreeram en ont pris pour leur argent. Le chef de file du MSM au no. 12 a réussi son pari. Le parti soleil enregistre aussi l’élection du néophyte Doolub. Ce duo garde ainsi les bases du MSM vivantes dans cette partie de l’île.

No. 13 – Le Dr Jagutpal s’offre la première place

Le trio inédit de l’Alliance Morisien a fait du sud son terrain de chasse. Il s’est offert deux anciens ministres rouges et la nouvelle candidate rouge issue d’une famille de politiciens. Le Dr Jagutpal, celui-là même que Navin Ramgoolam a fait attendre, s’est offert la première place pour sa première tentative en politique. Lormus Bundhoo, fer de lance du Ptr enregistra une nouvelle défaite après celle au no. 6 en 2014.

No. 14 – Ramchurrun dans la cour des grands

Lui qui fut que le conseiller du ministre Callichurn de 2014 à 2019, s’est finalement installé dans la cour des grands. Il a brillé de mille feux dans l’ouest en compagnie d’Alan Ganoo, le roi de cette partie de l’île et Sandra Mayotte. La marée montante a balayé tous les adversaires de l’Alliance Morisien dont un certain Ezra Jhuboo.

No. 15 – Gilbert Bablee sauve la mise pour le MSM

La réussite du duo Lobine/Assirvaden s’explique mal. Le changement de circonscription a été néfaste à Mahen Jhugroo. Quoi qu’il en soit, ni Lobine et moins encore Assirvaden seront un plus pour la 15.

No. 16 – Bodha et Ittoo font flotter le drapeau soleil

Ce n’était pas gagné d’avance car le MSM avait pour adversaire direct une certaine Joanna Bérenger. Cette dernière s’est appropriée la première place. Mais Bodha et Ittoo s’en sortent avec brio en occupant les deux places suivantes, confirmant leur rentrée au Parlement.

No. 17 – Obeegadoo en pole position

Steven Obeegadoo retrouve le cabinet ministériel après un passage à vide de 2005 à 2019. Il doit sa réussite à Pravind Jugnauth. Pour ce qui est du nouveau Dhunnoo, c’était la carte jeunesse du leader du MSM et il n’a pas flanché. Entre les deux, Bernard Sik Yuen a pu tirer son épingle du jeu. Adrien Duval est battu à la régulière.

No. 18 – Ramano devance Xavier-Luc Duval

Quatre Bornes aura quatre députés dont Arvind Boolell, Kavi Ramano, Xavier-Luc Duval et Tania Diolle. Cette dernière a été repêchée en tant que best loser. Le haut fait du résultat, c’est la peu envieuse troisième place du leader du PMSD.

No. 19 – Collendavelloo pas loin de Nagalingum

Que 262 votes séparent Nagalingum à Ivan Collendavelloo. Cependant, le leader du ML ne sera pas seul car Fazila Daureeawoo sera elle aussi au Parlement ayant bénéficié du best loser system.

No. 20 – Notre Jackie Chan national n’a rien à se reprocher

Ken Fat est le premier des battus dans cette bastion qui a juré fidélité au MMM. De ce fait, le maire en poste des Villes Sœurs n’a rien à se reprocher.
En conclusion : Pravind Jugnauth doit être fier de son armée de jeunes combattants. Ces derniers ont fait honneur aux couleurs de l’Alliance Morisien et ils ont donné raison à Pravind Jugnauth de les avoir fait confiance. Qui plus est, le leader du MSM a récompensé sa nouvelle armée en nommant plus de la moitié d’entre eux soit ministre ou PPS. C’est dire que Pravind Jugnauth ne vise pas jusqu’à 2024 pour occuper les devants de la scène politique mais au-delà de cette année des prochaines consultations populaires. Le leader du MSM a de la vision à revendre.

Sen. Krisnah GOOJHA