April 13, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

Le National Tripartite Council bien accueilli par tous les partenaires sociaux

Réclamé à cor et à cri et attendu depuis longtemps par les syndicalistes le National Tripartite Council (NPC), a tenu sa première réunion, hier. Présidé par le ministre du Travail et des Relations industrielles, Soodesh Callichurn, cette nouvelle plateforme de dialogue social vient remplacer en quelque sorte le National Economic and Social Council des années 80-90 qui, animé des meilleures intentions du monde s’était échoué sur le mur de l’incompréhension des uns et des autres.
Sont donc réunis autour d’une même table patronat, syndicats et gouvernement pour discuter d’un large éventail de sujets touchant au monde du travail. Les partenaires sociaux auront-ils plus de chances cette fois ? Il faut l’espérer. Le fait de ne pas inclure dans les attributions de cette nouvelle instance la question des salaires devrait faciliter le dialogue et faire avancer les choses sur des dossiers somme toute important pour les travailleurs mais aussi pour le patronat.
Le NPC sera appelé à faire des recommandations au gouvernement sur les questions suivantes : les normes, les principes, les politiques et les programmes liés au travail et aux relations industrielles. L’accent sera ainsi mis sur la santé et la sécurité au travail. La mise en application des lois relatives à ces deux thèmes sera également passée en revue. Le Conseil analysera également les politiques économiques et sociales à la lumière de l’évolution qu’a connue le monde du travail au cours de ces dernières décennies.
Seront également pris en compte lors des délibérations du NPC, la formation professionnelle, l’amélioration des compétences afin de permettre une plus grande employabilité des travailleurs. Le Conseil devra aussi se pencher sur les aspects suivants qui intéressent particulièrement le patronat productivité, compétitivité et efficacité sur les lieux de travail. Le NPC sera aussi appelé à suivre l’évolution de l’adoption, par le pays, du programme du Bureau International du Travail sur la notion du travail décent.

Leave a Reply

Your email address will not be published.