April 13, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

Les ménages de plus en plus endettés avec des prêts-logements accablants

Monthly Home Loan Allowance

Dans quelle mesure le Monthly Home Loan Allowance annoncée dans le dernier budget, et qui sera payable à parti de la fin d’août, soulagera-t-elle les ménages qui ont emprunté pour construire leurs maisons ? La question reste posée pour de nombreuses personnes et pour des observateurs, à l’instar de l’Association des Emprunteurs Abusés (APEA), face au nombre croissant de personnes qui se retrouvent dans l’incapacité de rembourser les emprunts contractés auprès des banques.

La décision d’accorder une allocation de Rs 1000 par mois aux personnes et aux couples ayant contracté un prêt-logement, jusqu’à concurrence de Rs 5 millions, est entré en vigueur le 1er juillet mais le paiement ne sera effectué qu’à la fin du mois d’août. La Mauritius Revenue Authority (MRA) travaille actuellement sur le mécanisme à mettre en place pour l’enregistrement des éventuels bénéficiaires. Une fois le système prêt, les personnes concernées seront invitées à se faire enregistrer en ligne sur le site web de la MRA.

Selon les informations disponibles au ministère des Finances, quelque 70 000 ménages, soit environ un ménage sur cinq, ont un prêt logement et seraient concernés par cette allocation. Pour bénéfique que puisse être cette mesure, les observateurs s’interrogent et s’inquiètent du niveau d’endettement des ménages. Selon la Banque de Maurice le montant total des prêts effectués par les établissements bancaires  s’élève à Rs150 milliards dont la majorité est constitué de prêts logements faits à des particuliers. A titre indicatif, rien que pour les cinq premiers mois de cette année les banques ont accordé Rs 520 millions de prêts-logement.

Le taux directeur mis à l’index

Là où le bât blesse, c’est que beaucoup de ces emprunteurs ont commencé à éprouver des difficultés pour rembourser les prêts quand le taux directeur de la Banque Maurice a augmenté en décembre de l’année dernière. La banque centrale avait alors augmenté le Repo Rate de 50 points de base, ce qui s’était traduit par une hausse du taux d’intérêt à l’emprunt. Le taux directeur était passé de 4% à 4,5% après avoir connu une hausse de 100 points de base, soit de 3% à 4 %, lors de la précédente réunion du Monetary Policy Committee en novembre de l’année dernière.

Face à la décision de la Banque de Maurice, certains établissements bancaires avaient tout simplement répercuté la hausse du Repo Rate sur les taux d’intérêt des emprunts contractés par leurs clients mais pas sur le taux d’intérêt qui frappe l’épargne, lequel  était resté à 1%, ce qui avait suscité la colère du ministre des Finances. «Je suis la situation de près et je n’hésiterai pas à prendre des sanctions contre celles qui ne jouent pas le jeu. J’ai à l’œil une banque en particulier», avait alors dit le ministre.

Consciente de l’impact que cette décision allait avoir sur les emprunteurs, la Banque de Maurice avait pris une série de mesures afin de soulager un tant soit peu les emprunteurs.  Le gouverneur de la banque centrale, Harvesh Seegoolam, avait alors annoncé des mesures d’aide pour ceux qui seront affectés par la hausse du Repo Rate, notamment les ménages qui avaient sollicité ou obtenu un prêt-logement de leurs banques ainsi que des petites et moyennes entreprises (PME) en difficulté.

Vendre sa maison à contrecoeur

Les sollicitations du ministre des Finances auprès des banques commerciales ainsi que les mesures de la Banque de Maurice n’auraient-elles pas eu l’effet escompté ? Certaines banques ont certes accordé des moratoires et des baisses sur les taux d’intérêt pour les prêts-logement. Toujours est-il que certaines personnes n’arrivent plus à rembourser leurs dettes et ont dû, à contrecœur, vendre la maison de leur rêve dont la construction était presqu’achevée. Cette situation, explique un économiste, reflète le coût de la vie et la hausse de l’inflation. Les couples sont donc obligés d’emprunter plus et se voient contraints de vivre au-dessus de leurs moyens. Une situation qui ne peut durer éternellement. 

Michel Hardy de l’Association des Emprunteurs Abusés avait également tiré la sonnette d’alarme à ce sujet récemment et avait invité le gouvernement à mettre en place des mesures plus efficaces pour soulager les couples qui sont endettés jusqu’au cou car, comme l’explique l’économiste il existe d’autres système qui n’ont pas été pris en compte dans le dernier budget, qui a opté pour la solution cash-in-hand avec l’allocation mensuelle de Rs 1000 en espérant que l’inflation baissera. Or, l’inflation, qui est dans une grande mesure importé, car le pays importe la plupart des biens qu’il consomme, ne baisse pas et les Rs 1000  seront vite engloutis, ce qui n’améliorera pas la situation des couples qui ont emprunté pour la construction de leurs maisons.

Leave a Reply

Your email address will not be published.