May 17, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

Manifestations et troubles : Des pyromanes déguisés en pompiers

Les deux confinements et maintenant le spectre de la guerre font que le pays passe par une phase difficile. Et en ces moments de crise, la population s’attend à un dialogue entre lui et son gouvernement. Évoquer cela, ce n’est pas clouer quiconque au pilori. Au contraire, si le gouvernement ne vient pas expliquer sa stratégie, il risque de perdre gros. D’ailleurs, des pyromanes déguisés en pompiers sont déjà à l’œuvre, pour mettre le feu aux poudres, et mettre le pays à feu et à sang. Avant son départ pour l’Inde, Pravind Jugnauth avait d’ailleurs mis en garde contre ceux qui veulent allumer le feu de la division. Et qui sont prêts à tout pour freiner l’avancée du gouvernement dans l’opinion publique.

Si l’on affirme que Pravind Jugnauth ne doit pas oublier ce que ses prédécesseurs ont traversé, ce n’est pas par mésestimation ou comparaison avec eux. Mais parce que lui est fait d’un autre métal, différent de cet alliage artificiel et frelaté incarné par un Paul Bérenger, par exemple, pour ne citer que lui.

Le Premier ministre est au-dessus de cette mêlée, d’autant plus qu’il ne mérite pas de subir des rétorsions. On sait qu’il a une vision pour le pays. Mais les gens sont amnésiques et oublient ce que son gouvernement réalise et réussit pour le pays et sa population. Autant qu’un Premier ministre fait le gouvernement sacrifier des faveurs par temps d’austérité, avec des répercussions qui seront bénéfiques à la longue, autant les Mauriciens doivent s’astreindre à ne pas vivre au-dessus de leurs moyens et ne pas dépenser outre mesure.

La vie c’est comme une roue qui tourne

Si on est destiné à atteindre le haut,on doit savoir qu’on devra revenir vers le bas. C’est le cycle imparable de l’histoire. En démocratie, un leader se reconnaît par un leadership lucide, clairvoyant, faisant des compromis et des compromissions. Il y aura certainement des décisions difficiles à prendre, en marge du prochain budget. Mais dans le même temps, ceux au bas de l’échelle subissent les contrecoups des augmentations des prix des denrées de base. Les démunis ne connaissent rien aux mathématiques liées à l’importation du gaz ménager. Outre la State Trading Corporation, il importait donc à un membre du gouvernement de venir expliquer, sur le terrain s’entend, cette décision au public.

En laissant le champ libre aux pyromanes, constamment aux aguets et à l’affût de la moindre erreur du gouvernement, ce dernier ouvre la voie aux paroles de ces personnes. Et le message du gouvernement ne passe pas. D’où cet appel au dialogue. Autrement, la parole sera confisquée par ceux-là même qui veulent profiter de la moindre confusion. Quand il n’y a pas de communication, ces prophètes de malheur en profitent pour détourner la vérité, en faisant croire à la population tout le contraire; et sauter sur l’occasion pour mettre le pays à feu. À qui profite cela? Dans ces circonstances, le Premier ministre doit tout autant se montrer sévère envers ceux qui veulent saper son autorité. Mais tout aussi attentif aux appels des gens en détresse. En somme, il faut savoir manier le bâton et la carotte. Et trouver le juste équilibre entre le vrai et le faux.

Et c’est là que la communication est importante et primordiale. Ce qui se passe ces jours-ci dans certains quartiers du pays a été planifié. Le Premier ministre doit sûrement avoir été mis au courant de cela, par la police et son service de renseignement. Et il est bien que ces vélleité de désordre programmé ont été tués dans l’œuf. Surtout quand on connaît le pouvoir de nuisance de cet avocat/ politicien, qui se donne des airs d’ange, mais qui est le « mastermind » derrière cette stratégie de la roue brûlée. C’est en cela qu’il devient important que le discours négatif de ce politicien/pyromane ne prenne pas le pas sur ce que le gouvernement réalise de positif. D’où le devoir des communicants de s’assurer que la parole gouvernementale parvienne jusqu’à ceux auxquels il est destiné.

Il ne devrait avoir aucune méprise quant à ce conseil donné au chef du gouvernement. S’il laisse confisquer la parole et les réalisations de son gouvernement, la propagande négative, déjà enclenchée par ses adversaires, risque fort de prendre le pas sur le programme qu’il veut mettre en place. Lui rappeler donc constamment d’être sur ses gardes ne doit donc pas être pris à la légère ou être considéré comme une forme d’opposition. Dans le passé, d’où la comparaison avec d’anciens Premiers ministres, ceux qui étaient à la tête du pays en ont été victimes. En 1995, malgré ses réalisations pour le pays, Sir Anerood Jugnauth fut déposé, essentiellement par la faute des propos déformés qui lui furent attribués. Le Premier ministre doit bien se rappeler de la campagne malsaine mise en place contre son père. Et qui lui coûta son poste de Premier ministre. S’il veut éviter une réédition de cette même stratégie, son gouvernement doit muscler son discours. Et faire état de ses réalisations. Et cela passe par un dialogue avec la population. Autrement, des perturbateurs viendront polluer le discours gouvernemental. Il y a lieu d’éviter cela. Et ce qui doit être fait est clair comme de l’eau de roche : Dialoguer constamment avec la population. Pour ne pas courir le risque de se laisser couper d’elle par les pyromanes aux aguets !