July 13, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion Politique

Obsession maladive

Rama Valayden a remis à ce soir son live hebdomadaire du vendredi, sans doute parce qu’il a eu une journée remplie et mouvementée aux Casernes centrales, en cour de Port-Louis (pour assister Roshi Bhadain) et devant l’Hôtel du gouver- nement en fin d’après-midi (pour réclamer la démission de Kailesh Jagutpal comme ministre de la Santé). Le thème de son direct sur Facebook, a-t-il tenu à préciser, sera : Spécial Lee Shim.

Semaine après semaine, le chef des Avengers s’enfonce davantage dans sa haine pour l’homme d’affaires. Ce dernier en sait trop sur l’avocat et pour avoir répondu à ses insinuations et ses propos diffamatoires, subit depuis, sur les réseaux sociaux un lynchage indigne d’un homme de loi qui ne respecte plus les règles éthiques de sa profession.

Sur la toile, nous apprenons que l’obsession est une névrose. Elle est caractérisée par l’irruption dans la pensée d’un sentiment, d’une idée, d’une tendance particulièrement morbide dont le sujet n’arrive pas à se débarrasser. La souffrance psychique est donc intolérable suite à l’intoxication par une idée, une litanie mentale de formules, de mots, de chiffres avec lesquelles le malade lutte avec une incroyable anxiété pour tenter en vain de les chasser. Il y a également une folie de doute, une attitude démissionnaire et une crainte angoissante de commettre un acte absurde, ridicule, immoral, obscène, voir criminel. On sait qu’une névrose est un trouble mental qui s’exprime par un dysfonctionnement du système nerveux avec des troubles du comportement dont le sujet est douloureusement conscient mais sur lequel il n’a aucune prise. Ces derniers temps, on a remarqué l’incapacité de Valayden à se distancier vis-à-vis des évènements et à les relativiser.

Ceci dit, il faut s’attendre, à chaque fois que Rama Valayden parlera de Michel Lee Shim, d’insinuations et allégations comme il l’a fait à chaque fois, étant dicté par son angoisse et son obsession, plus par la raison et un sens de responsabilité et de discernement.

Le regretté Sir Gaëtan Duval était un amoureux de la race équine. L’hippisme était sa passion. Il suivait régulièrement l’entraînement de ses chevaux. Quand l’ancien leader du PMSD partageait un bon tuyau dans ses meetings, ses partisans savaient qu’il ne les bluffait pas et qu’il n’allait pas les faire perdre leur argent. L’élève, sans grande connaissance de la chose hippique et qui croit tout à ce qu’on lui murmure à l’oreille, veut imiter le grand professeur non sans fausse modestie. Sir Gaëtan était sincère, honnête et un humaniste hors-pair. Il ne faisait rien pour ses propres intérêts ou pour des avantages pécuniaires avec des bookmakers.

Le rideau tombera, demain au Champ de Mars, sur la saison hippique 2021. Rama Valayden, en panne d’arguments solides pour ternir l’image de Michel Lee Shim, va encore alléguer que le patron de SMS Pariaz a rencontré des jockeys mauriciens pour arranger une course. Comme si truquer une épreuve sur la piste de Port-Louis est aussi facile que de faire des combines et de s’attaquer à l’intégrité de ces jeunes cavaliers et des commissaires. Souvenez-vous de l’allégation en direct de l’avocat à l’effet qu’une course était courue d’avance et que le vainqueur allait être Barking Irons avec sur le dos Kevin Callicharan qui venait de convoler en justes noces. Ce Valayden est prêt à tout, même à ternir l’image des cravaches locales et à les décrédibiliser aux yeux du public turfiste, non sans compter que leur gagne-pain est en jeu avec de telles malveillantes imputations. Si contre ces pauvres enfants il peut descendre dans une telle bassesse, imaginez jusqu’où il peut aller contre Lee Shim et contre qui il a une dent…

Ceci dit, il ne faudra pas être surpris par les mensonges que débitera Rama Valayden ce soir en live sur Facebook. Il cherchera par tous les moyens à crédibiliser ses thèses et ses soi-disant dénon- ciations parce que la proximité et l’amitié de Lee Shim avec Pravind Jugnauth le gêne dans sa stratégie politique. Si le bookmaker et homme d’affaires, philanthrope confirmé, était un fervent du MMM comme dans les années 70, s’il était un inconditionnel des mouvements de Valayden, il aurait été présenté comme un saint, comme le sauveur de la nation puisqu’ayant les moyens financiers de soutenir le leader des Avengers dans sa mission de venger Jugnauth fils et son gouvernement. Parce que Lee Shim soutient le Premier ministre et a aidé le même Valayden, financièrement et logistiquement, à faire campagne pour Pravind Jugnauth en novembre 2019, le voilà devenu l’homme à abattre par tous les moyens, même les plus absurdes car Michel Lee Shim est un maillon important dans le dispositif du combat politique sur le terrain.

Les internautes crédules et qui prennent pour argent comptant tout ce que dit Valayden, quitte à perdre leur argent sur un canasson nommé Barking Irons, vont sans doute croire encore à ce qu’il racontera sur l’arrestation de Roshi Bhadain et sur l’implication alléguée de l’ingénieur-bookmaker. Il fera croire que le directeur de SMS Pariaz a soudoyé un récidiviste ou a participé à un quelconque complot visant à s’attaquer à des adversaires politiques du Premier ministre. Ce n’est qu’un exemple de ce que peut faire Rama Valayden dans ses tentatives répétées de régler ses comptes et ceux de son épouse avec Lee Shim. En tout cas, attendez-vous à du n’importe quoi comme quand il avait insinué que c’est Jean-Michel Lee Shim qui est le chef du gouvernement et que Pravind Jugnauth se laisse mener à la baguette par son proche ami. En matière de fausses informations et d’allégations, l’avocat peut postuler pour être le farceur de l’année. Il ne trouvera pas la compétition rude.

Jean-Michel Lee Shim ne fait pas de la politique active. Il est, par contre, socialement actif dans des œuvres caritatives et de bienfaisance. Il a, plus d’une fois, démontré qu’il est serviable et généreux, dépensant sans compter en faveur des pauvres et des malades. Ce ne sont pas les malveillantes insinuations de Rama Valayden qui freineront sa mission d’aider et de soutenir les moins fortunés de la société. Par sa vision et son intelligence, il est vrai qu’il gagne beaucoup d’argent et en utilise une grande partie pour soulager la misère et la souffrance des plus démunis. Qui, parmi ses collègues bookmakers ou hommes d’affaires et ses détracteurs, peut se vanter d’investir autant de millions dans son souci d’améliorer le sort et les conditions de vie des Mauriciens cancéreux et ceux qui vivent dans l’extrême pauvreté ?

Rama Valayden a perdu le peu de dignité qu’il lui restait en début de semaine en réglant à la va-vite un demi-million qu’il devait à l’octogénaire R. Daby depuis des lustres. Heureusement que les pressions exercées tous azimuts, grâce au branle-bas de combat que nous avons enclenché, a eu l’effet d’un détonateur sur l’ombrageux endetté. Comme par enchantement, l’argent a été trouvé… et nous savons fort bien qui est le mercenaire qui a volé au secours de notre pauvre homme en noir. Quoique ce procédé de soutirage n’est pas prêt de se terminer, le temps n’est pas loin où Rama se heurtera à des voies sans issue. L’étau se referme irréversi- blement.