May 20, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

Pas de commission d’enquête sur Maneesh Gobin dit le Premier ministre

Il n’y a aucune nécessité, à ce stade, d’instituer une commission d’enquête pour faire la lumière sur les allégations de corruption faites contre l’Attorney Generral et ministre de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, Maneesh Gobin. C’est ce qu’a annoncé le Premier ministre à l’Assemblée nationale, hier, en réponse à une question du député Patrick Assirvaden.
La question du député travailliste portait sur (i) les irrégularités entourant la location à bail d’un terrain à Eco Deer Park Association dans la région de Grand Bassin, (ii) les activités illégales organisée sur ce terrain par le locataire ou par des trafiquants de drogue, (iii) les allégations de pot de vin portées contre le ministre Maneesh Gobin et (iv) toute autre acte illégal commis dans ce lieu.
Le Premier ministre a justifié cette décision par le fait qu’il n’est en présence d’aucun rapport émanant des autorités compétentes, en l’occurrence l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) et la police, confirmant qu’il y a eu effectivement paiement d’un pot de vin au ministre ou à toute autre personne. Le Premier ministre a rappelé que dès que les premières allégations ont été faites, l’ICAC s’est saisi de l’affaire et a initié une enquête à partir du 17 mars.
De plus, l’ICAC a écrit une lettre au ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, le 17 mars, pour l’informer officiellement qu’elle a initié une enquête suite à des allégations de corruption et de blanchiment d’argent concernant la location à bail du dit terrain. De même, dès que la police a appris que des activités illégales avaient eu lieu à cet endroit, elle a ouvert une enquête. Le ministère, ainsi que le service des Bois et Forêts, qui est responsable de la location des terres de l’Etat, collaborent pleinement aux deux enquêtes, a dit le Premier ministre en insistant que ces deux enquêtes sont toujours en cours et qu’à ce jour aucune preuve de pot de vin n’a été fournie aux enquêteurs.
Le Premier ministre a cité abondamment différents articles de la Commission of Enquiry Act, notamment la section 12 (3) qui stipule que les preuves ou les témoignages apportés devant une commission d’enquête ne peuvent en aucun cas donner lieu à des poursuites au civil ou au criminel. Il a cité en exemple les délibérations de la commission d’enquête Lam Shang Leen sur la drogue pour soutenir ses propos. Il s’est également référé au procès de feu Raj Dayal contre le Président de la République. La police ne peut se baser sur les déclarations faites devant une commission d’enquête pour arrêter une personne et la poursuivre en justice. Elle doit ouvrir une nouvelle enquête et référer ensuite les conclusions de son enquête au directeur des Poursuites Publiques qui décide, en dernier lieu, s’il y a matière à poursuite contre une personne incriminée devant une commission d’enquête.

Leave a Reply

Your email address will not be published.