Read Time:2 Minute, 39 Second

Bien qu’embarrassé par les questions du leader de l’Opposition, Xavier-Luc Duval, le ministre Renganaden Padayachy s’est montré prudent lors de la Private Notice Question (PNQ). A quelques mois de la présentation du Budget 2022/23, le ministre n’a pas donné trop indications sur ses prochaines étapes économiques mais il a tout de même dévoilé en quelque sorte la vision du gouvernement face à une situation économiquement difficile.

Xavier-Luc Duval a axé sa PNQ sur la hausse du coût de la vie et a proposé des mesures pour atténuer le porte-monnaie de la classe moyenne et ceux au bas de l’échelle. Le ministre des Finances est d’abord revenu sur l’impact de la Covid-19 sur l’économie du pays. Il a rappelé comment le secteur a été lourdement impacté par la pandémie depuis 2020. « Cette pandémie nous a couté 15 points de PIB. Le niveau des exports de biens et services est passé de 192 milliards de roupies en 2019 à 128 milliards de roupies en 2020 et à RS 132 milliards en 2021. Un manque à gagner cumulé de plus de Rs 120 milliards, toutes choses égales par ailleurs », a soutenu le ministre.

Le ministre des Finances a aussi longuement consacré son discours à comparer les mesures en place en 2008. Année où le monde avait connu une réelle crise économique. Rappelant qu’en 2008, l’inflation était à 10 %, alors que, selon lui, la Banque de Maurice estime que l’inflation en 2022 pourrait s’établir à 6,7%.

Le leader de l’opposition à donner la réplique à Renganaden Padayachy en affirmant que le ministre ne prenait pas en compte la situation financière dans laquelle se trouvait la population mais préfère faire la comparaison aux mesures qui étaient en place en 2008. Il devait être rappelé à l’ordre par le speaker Sooroojdev Phokeer.

Xavier-Luc Duval a aussi rappelé à plusieurs reprises que selon plusieurs rapports internationaux, Maurice se rapproche dangereusement du Sri Lanka, qui fait face à une crise sociale sans précédent.

Renganaden Padayachy a aussi indiqué que le gouvernement doit prévenir les défauts de paiements, éviter les faillites, et maintenir les capacités de production. « Nous avons également introduit une subvention et un prix maximum sur 7 nouveaux produits essentiels, à savoir l’huile comestible, les grains secs, les tomates en conserve, le lait en poudre, la margarine, le fromage et le poisson en conserve (sardines et pilchards) de juillet à décembre 2021. Cette mesure a été prolongée jusqu’en juin 2022 et représente quelque 1,2 milliard de roupies. Un total cumulé de 5 milliards de roupies pour l’ensemble des subsides que je viens de citer. »

Et d’ajouter : « Au niveau de mon Ministère et en cette période pré-budgétaire, j’ai mis en place un groupe de travail pour plancher sur des mesures prenant en compte les besoins des plus démunis. En ce sens, les consultations vont bon train. Suite à la mise en ligne de la plateforme de consultations pré-budgétaires, nous avons d’ores et déjà reçu plus de 700 propositions qui sont actuellement à l’étude ».

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Assemblée nationale : la suspension de Shakeel Mohamed levée
Next post Affaire Michaela Harte : Les enquêteurs face à de nouveaux éléments
Close