June 28, 2022
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Local

Portrait : Ruqayyah Kinoo, la nouvelle vedette du tennis de table locale

1 0
Read Time:5 Minute, 41 Second

Ruqayyah Kinoo est la nouvelle étoile montante du sport à Maurice. En effet, la jeune pongiste de 23 ans vient de décrocher une médaille d’or ainsi qu’une médaille d’argent au récent Championnat d’Afrique de l’Est, qui a eu lieu en Ethiopie. Cette habitante de Vallée-Pitot, qui pratique le tennis de table depuis l’âge de douze ans confie que cette victoire l’inspire à participer à des compétitions encore plus relevées. Elle revient sur son parcours et les nombreux défis auxquels elle a dû faire face pour atteindre son niveau actuel. Rencontre.

C’est un rêve qui se réalise pour cette jeune habitante de Vallée-Pitot. Petite, Ruqayyah fréquentait l’école du gouvernement Raoul Rivet à Port-Louis, puis le collège Renganaden Seeneevassen. Après le HSC, elle s’est inscrite au Mauritius Institute of Education (MIE) pour un Bachelor of Education in Physical Education. La jeune sportive aspire à devenir enseignante en éducation physique dans le milieu scolaire. « C’est un métier que je voulais pratiquer depuis que je suis petite. Je suis actuellement en quatrième année d’études au MIE », dit-elle. Si dans un premier temps, Ruqayyah pratiquait le tennis de table par passion, aujourd’hui ce sport est devenu une partie de sa vie. « Je n’avais que 11 ou 12 ans quand j’ai commencé à pratiquer le tennis de table. Au début, je faisais le karaté puis le badminton mais je ne me suis pas adaptée. Puis, après le primaire, je me suis inscrite à des cours en tennis de table à Beau-Bassin. Petit à petit, j’ai développé une passion pour ce sport et depuis c’est devenu une partie importante de ma vie », affirme la jeune pongiste.

Sa détermination et sa passion ont contribué à faire de Ruqayyah une pongiste par excellence. En 2014, elle participe à sa première compétition internationale : les Jeux des Iles de l’océan Indien (JIOI) qui se tenaient aux Seychelles. Elle remporte deux médailles d’or, une en simple et une autre en équipe. Démarre ainsi une belle aventure pour la pongiste. Les compétitions s’enchaînent. En 2015, elle prend part au JIOI à La Réunion et remporte une médaille d’or en équipe. Le JIOI à Madagascar en 2016 lui permet de remporter une médaille d’or en équipe et une médaille d’argent en simple. En 2017, elle se présente pour la première fois comme candidate pour le Championnat d’Afrique de l’Est qui s’est tenu à Maurice et elle remporte une médaille d’or en équipe et une médaille d’argent en simple.

Une année après, soit en 2018, elle participe aux Commonwealth Games en Australie. En 2019, elle se présente aux JIOI qui se sont tenus à Maurice et en sort avec une médaille d’argent en équipe. La même année, elle participe aussi aux Jeux d’Afrique au Maroc et est classée cinquième en équipe. Elle est aussi qualifiée pour le Championnat du monde. En 2020, elle est sacrée championne de Maurice dans la catégorie « senior ». En 2021, elle participe à la compétition Top 8 au Gym Khanna et obtient une médaille d’or, puis au Top 10 au Gym Khanna et en sort avec une médaille d’argent. Et cette année, elle revient du Championnat d’Afrique de l’Est avec une médaille d’or en simple ainsi qu’une médaille d’argent en équipe.

Ruqayyah dédie sa victoire à parents, Adam et Shenaz Kinoo, ainsi qu’à ses proches qui lui ont accordé un grand soutien pendant toutes ces années. « Mes parents sont ma source d’inspiration. Je leur dois toutes mes victoires accumulées au fil des années, car ce sont eux qui m’ont encouragé à persévérer. Je remercie mon père en particulier qui jouait au football et qui m’a encouragée à pratiquer le sport », fait-elle ressortir. La pongiste doit sa victoire à son Créateur également. « Rien ne serait possible sans la bénédiction de mon Créateur. D’ailleurs, les préparatifs en marge du Championnat d’Afrique de l’Est cette année était particulièrement différents puisque nous étions en plein Ramadan. Je jeûnais, je devais aller à mes cours, je devais faire toutes mes prières et trouver un temps pour la spiritualité et m’entraîner en parallèle. Mais, par la grâce de Dieu, j’ai pu relever tous les défis. Puis en Ethiopie, l’atmosphère était différente. On était en haute altitude, avec peu d’oxygène. Au début, on avait du mal à respirer mais au fur à mesure que la compétition a évolué, nous nous sommes concentrés uniquement sur la compétition. Finalement, j’ai réussi à surmonter toutes les épreuves », souligne Ruqayyah.

Par ailleurs, la pongiste explique qu’en général, elle doit relever plusieurs défis et ce, au quotidien. « Ce n’est pas facile de jongler entre les études, vie familiale, le sport, la spiritualité. Outre les études au MIE, je prends aussi des cours islamique à temps partiel. Il faut savoir gérer le temps et se consacrer à tout », précise-elle. De plus, notre championne de tennis de table s’est engagée dans le social également. En effet, depuis un an et demi, elle dispense des cours en tennis de table à des personnes en situation d’handicap d’une association à Grande-Rivière-Nord-Ouest, tous les dimanches de 10 heures à midi.

Depuis que Ruqayyah est rentrée au pays elle reçoit beaucoup de visites chez elle, que ce soit les proches et amies mais aussi des personnalités politiques. « Je suis très contente de recevoir ces visites. Toutes ces années d’efforts et de sacrifices ont porté leurs fruits. Aujourd’hui, je suis très fière de mon parcours. Je suis issue d’un endroit connu autrefois pour la pauvreté extrême et la drogue. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Je suis sure que comme moi, il y a d’autres jeunes avec beaucoup de talent et de compétences à Vallée-Pitot. Je leur demande d’ailleurs de se faire connaître. Je saisis aussi cette occasion pour inviter les jeunes de ma localité et ailleurs à pratiquer le sport. C’est un excellent moyen pour ne pas tomber dans les travers de la société. On peut bien exceller dans ses études et pratiquer un sport en parallèle. Ainsi, vous pourrez construire un meilleur avenir pour vous ainsi que pour votre famille », dit-elle.

Après avoir remporté toutes ces compétitions, Ruqayyah souhaite maintenant passer aux choses plus sérieuses. « Je souhaite prendre part à des compétitions sportives plus relevées sur le plan international. Sur le plan personnel, j’aspire à devenir un bon enseignant, au service des jeunes. A noter que huit pongistes mauriciens ont participé aux championnats d’Afrique de l’Est cette année. Ils ont tous réalisé de bonnes performances.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
100 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.