Read Time:4 Minute, 35 Second

S’il subsistait le moindre petit doute dans la tête des électeurs sur l’issue du scrutin de ce jeudi 7 novembre, le meeting de l’alliance morisien, dimanche à Vacoas les a fait voler en éclats. Solidement installé à la tête du gouvernement sortant, Pravind Jugnauth a encore une fois décliné le bilan de son gouvernement ainsi que les projets destinés à maintenir ce qu’il désigne à juste titre comme la continuité.

Il n’y a aucune raison pour freiner la si bonne relance de l’économie, axée sur une forte dimension sociale, entamée au lendemain des élections de décembre 2014. Ce qui fait la différence avec le style de Pravind Jugnauth, c’est l’intérêt qu’il met à suivre cette relance, en s’assurant qu’elle ne soit pas au détriment des intérêts des classes vulnérables. Comme gouverner c’est prévoir mais aussi être à l’écoute, Pravind Jugnauth a su inscrire le progrès économique dans une dimension holistique, veillant aussi à ce qu’il ne creuse pas de disparité entre villes et villages. C’est ce qui explique l’emphase qu’il a mis sur la prochaine étape de l’extension du metro express au reste de l’ile. Et on sait qu’il ne s’égare jamais en de vaines promesses.

Pays-phare dans l’Océan Indien

C’est à ce prix que la dynamique de progrès doit se poursuivre, car c’est l’ensemble de Maurice qui doit émerger comme un pays-phare dans cette région de l’Océan Indien. Avec l’ouverture de la ligne du metro express desservant Rose-Hill/Port-Louis, c’est l’accomplissement de la première phase d’un projet moderne d’infrastructure routière qui permet à Maurice de prendre la tête en termes de grands chantiers de transport en Afrique subsaharienne. Ce n’est pas une mince affaire, mais l’aboutissement d’un projet qui fait déjà date dans l’histoire contemporaine de Maurice. Pour un pays qui a des ambitions de se positionner comme une plateforme privilégiée d’investissements provenant de l’étranger, l’investissement dans des infrastructures modernes est un signe concret de créer des conditions favorables en vue de réaliser cet objectif. Pour y arriver, il convient de définir une stratégie cohérente, réaliste et de mobiliser les moyens nécessaires à sa mise en œuvre. Lorsque Pravind Jugnauth a pris le poste de Premier ministre, il a immédiatement démontré ses capacités à appréhender ces enjeux. Mais, il lui fallait dans le même souffle transmettre à son équipe sa propre volonté et rigueur dans cette tache. C’est dire combien il a su lui-même incarner l’exemplarité.

Ambitions de Maurice

C’est en cela que la personnalité de Pravind Jugnauth a gagné en épaisseur, l’ayant déjà démontré dans le passé, lorsqu’il a occupé les fonctions de ministre de l’Agriculture et celles des Finances. Ces ministères-clés au sein d’une économie, l’un reposant sur un secteur aussi traditionnel, intensif qu’historique et l’autre, qui est organiquement lié au premier, lui ont permis de prendre la dimension des défis et des ambitions de Maurice. C’est en se frottant à la dure réalité de l’agriculture, puis à celle des finances, qu’il a appréhendé la dimension macroéconomique de l’ile, tout en s’imprégnant des enjeux plus terre-à-terre auxquels sont confrontés les travailleurs dans l’industrie cannière. Il n’est pas aisé de satisfaire tout le monde dans un pays comme Maurice, où les conflits sectoriels sont souvent exacerbés. Il a fallut tout l’art diplomatique de Pravind Jugnauth et sa capacité à apprécier les exigences des secteurs aux intérêts divergents de concilier ceux-ci afin d’éviter d’arriver à des situations de blocage. Il  est bon de rappeler que depuis 2014, aucun grave conflit social n’a perturbé la stabilité économique et sociale du pays, car les salariés, dans leur ensemble, ont fait confiance au gouvernement issu des urnes en décembre de cette même année. Cette confiance n’est pas le fruit du hasard, elle se fonde sur un pacte social qui garantit la recherche dans le dialogue de tout conflit. Le pacte porte le sceau du gouvernement de l’allians lepep, elle-même investie d’une confiance du secteur privé. Sans cette proximité avec les salariés et l’oreille tendue dans leur direction, le secteur privé ne serait pas en présence d’un partenaire – le gouvernement -, capable de réunir à la même table les partenaires sociales. Plutôt que de pousser à la roue, Pravind Jugnauth a toujours privilégié la voie du dialogue, où tous les partenaires sociaux repartent avec le sentiment d’une situation gagnant-gagnant. Donc, ce n’est pas un néophyte le poste de Premier ministre, Pravind Jugnauth sachant pertinemment que les défis économiques, les attentes des salariés dans différents secteurs de même que des chantiers infrastructurels étaient d’envergure à mobiliser toute son énergie. Mais en même temps, il fallait poursuivre le dialogue initié avec la population pour situer l’importance de ses engagements. Pravind Jugnauth a toujours était au rendez-vous avec la population, dans un souci de transparence et de proximité. C’est un trait de caractère du leader de l’alliance morisien, pas un vernis artificiel, car il est incapable de double langage, de langue de bois et de faux-fuyant. Ces trois traits inhérents à sa personnalité lui confèrent une stature d’homme d’État, parvenu à une véritable maturité.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post LES MAINS LIÉES ET LA TÊTE BAISSÉE !
Next post NAVIN RAMGOOLAM EN DÉROUTE
Close