Read Time:44 Second

Pravind Jugnauth intervenait hier, dimanche 20 octobre, à la Hindu House à Port-Louis, lors des célébrations officielles de la fête Divali. Il était l’invité d’honneur.

Le premier ministre sortant a évoqué l’histoire de Ram et rappelé les valeurs de la mythologie hindoue. « Ram zamais finn devalise so royaume », a-t-il affirmé.

« Ram ine montrer ki li ti quelqu’un de bien humble. Li ti mem disposer pour kit tout aller. Zamais li finn devalise so royaume ou so pays. Ou conner comier richesse line kiter line aller. »

Pravind Jugnauth a dit vouloir inscrire sa politique sur ces principes.

Il a également réitéré son engagement pour améliorer la vie des Mauriciens.

Il a par la même occasion, exprimé son souhait de vouloir  «continuer sur la voie du développement du pays pour les personnes âgées et les jeunes» avec le soutien de la population.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Read Time:1 Minute, 33 Second

Le comité central du Mouvement socialiste militant (MSM) a eu lieu, samedi après-midi 12 octobre, au Sun Trust Building à Port-Louis. Le Premier ministre(PM) sortant, Pravind Jugnauth lors de son allocution a longuement parlé du leadership de Navin Ramgoolam, qui selon lui, est une personne pas digne de confiance.« Kisanla pa kone ki li bat so madam ? Aster nu pe aprane ki li bat maitresse tou, » lance Pravind Jugnauth. Il fait ressortir d’autre part que c’’était lui et Nando Bodha qui avaient mis pression sur Navin Ramgoolam pour inclure le projet de Metro Express en 2010 sur le programme électoral. Pravind Jugnauth raconte que le leader du PTR avait décidé de retirer ce projet de son programme électoral.

Réagissant aux propos de Navin Ramgoolam tenus lors d’un congrès PTr-PMSD vendredi à Flacq sur les caméras de Safe City, Pravind Jugnauth explique que les cameras ont pour objectif de faire de Maurice une place sécurisée où les malfrats craignent avant de voler et les bandits ne peuvent songer à des plans machiavéliques comme le viol. « Mais bandi pu res bandi. Li pu protez ban bandi cuma limem. Kot li pu gagne traka sécurité la population li ? » nous laisse-t-il entendre. Et d’ajouter :« Mo pa interese pou guete si li pe al rent dan karo kotomili. Fini kotomili, li pe al rod karipoule»

Le leader du MSM a loué la confiance de ses candidats sur le terrain et il a été élogieux envers la loyauté de Shawkatally Soodhun, qui leur prête main forte lors de la campagne, malgré qu’il ait choisi de ne pas être candidat cette année. « Shawkat est un pilier du parti et le restera toujours, » dit-il encore. Pour conclure, il a fait appel à la population de soutenir tous les candidats de son alliance pour gagner une « majorité confortable ».

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Read Time:4 Minute, 14 Second

Pravind Jugnauth est devenu un maître dans l’art de prendre de court tous ceux qui s’opposent à lui. En annonçant la date des élections, dimanche dernier, il a désorienté son beau monde ; alors que ces politiques-là, surtout Navin Ramgoolam, avait parlé de fuite en avant pour assimiler le silence de PJ sur la date de l’échéance.

Alors que certains se perdent toujours en ridicule, en tentant en vain de montrer des qualités de leader, n’y allant mêmepas de main morte sur le plan de l’exaltation de soi, le vrai leader qu’est Pravind Jugnauth a donné durant son mandat de Premier ministre un autre aperçu de la poigne d’un véritable chef d’Etat, avec des discours plein de verve et de conviction, que ce soit ou parlement, à la tribune des Nations Unies, à New-York ou dans des fonctions officielles. Et, surtout au travers de sa vitesse d’exécution, pour réaliser des projets multiples et prendre des mesures diverses visant à changer les conditions de vie de la population. Le temps et l’expérience lui ont enseigné à se montrer intrépide et ordonné, comme face à une cause presque perdue que constituait jusqu’à tout récemment la cause des Chagossiens.

Les leaders ne font pas tous preuve d’un bon leadership, d’où la thèse accréditée que les termes leader et leadership ne sont pas toujours synonymes. Mais dans le cas de PRAVIND, leader et leadership se conjuguent d’une façon irréprochable et sont au diapason. P.Jugnauth veut ainsi démontrer aux Mauriciens et Chagossiens que, seulement si on leur redonne espoir à un avenir, on peut se considérer qu’on a les capacité nécessaires pour réussir dans un combat.

Les discours du PM ont aussi mis en exergue le fait que rares sont ces dirigeants qui ont les « guts » pour prendre les devants et imposer respect et attention devant des leaders économiques et politiques étrangers, dans des forums internationaux. Sa forte volonté de lutte dans un environnement hostile son initiative quand personne ne semble intéressé ou n’a le courage de le faire ont été toujours convaincantes et nous devons lui rendre hommage. Il a montré qu’un vrai chef d’Etat doit être conscient que l’échec de la population ou le succès de celle-ci dépend dans une certaine mesure de lui, en tant que PM. À moins que le destin en décide autrement.

C’est triste que nous devions reveni sans cesse à l’histoire de Navin. Car, elle nous fournit l’exemple de ce comportement comment l’homme peu intelligent ne lésine pas sur les moyens (ruse,astuce, balivernes, fausses promesses)pour courir derrière le pouvoir et tenter de porter, à nouveau, le manteau qui ne lui sied plus. Mais cette nature, il le dissimule soigneusement ; et pour cela, il faut être un excellent contorsionniste (relatif à ses agissements abusif et grotesques). Ce qu’il oublie pourtant, c`est qu’à un certain tournant, même le meilleur acrobate finit par chuter.

Malheureusement, les assoiffés de pouvoir (immoraux) sont tellement dominés par leurs besoins immédiats, que leur fourberie trouvera toujours des personnes prêtes à être dupées. Au fil des années, celui qui lénifiait les gens avec son sourire et ses paroles n’arrive plus à séduire. Dès que la bouche s’ouvre, le charme est rompu et seuls les irréductibles trouveront le contraire. Le constat est implacable : Navin est un homme dépassé et un politique du passé.

Sinon, pour prendre le plus récent exemple, comment expliquer sa décision de contracter une alliance avec le PMSD,cédant au passage le poste de no.2 sur le ‘Front bench’ et celui de ministre desFinances et sachant fort bien que l’électorat hindou ne pardonnera jamais à XLD d’avoir insisté sur un recensement ethnique ? Les sensibilités d’affiliation ethnique sont si délicates que même effleurer ce sujet équivaudrait à se mettre en posture du suicidaire. Jamais, cette question de suicide ne s’est posée avec une telle acuité. PTR-PMSD, tout est réuni pour que le pacte ne donne pas les résultats escomptés. Cette histoire ressemble plutôt à ceci : Si l’un ne va pas cracher dans sa soupe, l’autre a craché en l’air et cela lui est retombé sur le visage.

La différence entre Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam est claire, comme l’eau de crystal. Le sérieux, le dynamisme, les idées en avance sur les autres et la gestion rigoureuse constituent les atouts de premier ordre de PJ. À l’opposé, Navin a tout exhibé, sauf les qualités d’un leader et les attributs qui font acquérir le leadership. Le peuple, dans sa majorité, saura faire cette différence aux urnes. Ne le sous-estimez surtout pas à cet exercice. S’il ferme les yeux, il verra défiler des images agressives de valises et de billets (comme ces billets verts jamais mis sur le marché), d’excentricités et des jouissances ; alors là sa propension à sanctionner se décuplera. Certes, un deuxième mandat se profile à l’horizon pour PRAVIND JUGNAUTH.
RASCHID MEERUN

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post HUGO LLORIS ne rejouera pas en 2019
Next post Reza Issack (ancien PPS et député travailliste)
Close