April 14, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités News Politique

Projet de loi sur la Financial Crime Commission Bill – Nando Bodha envoie un courriel au PM demandant un report urgent

Nando Bodha, au nom de LINION MORIS, a adressé une lettre au Premier ministre, demandant le report urgent de la deuxième lecture du projet de loi sur la Financial Crime Commission Bill.

Dans son courriel, le leader du Rassemblement Mauricien (RM), Nando Bodha, s’exprime au nom de LINION MORIS, représentant Linion Pep Morisien, RM, les Verts Fraternels et le Ralliement Citoyen pour la patrie, en faveur d’un report de la deuxième lecture du projet de loi sur la Financial Crime Commission Bill. « Nous vous demandons de rassembler tous vos principes démocratiques afin de ne pas faire avancer de manière inconsidérée le projet de loi sur la Financial Crime Commission Bill », peut-on y lire. Il y fait également mention que ce projet de loi serait lourd de conséquences constitutionnelles pour notre République et réitère sa demande de report le temps de profiter du débat autour d’une pléthore de conséquences involontaires. « Le principal débat constitutionnel portera sur l’article 1 de la Constitution, qui ne peut être modifié sans référendum », a-t-il ajouté.

De plus, Nando Bodha précise que les questions et les problèmes liés au projet de loi modifieront l’architecture de nos lois contre la corruption, les délits de blanchiment d’argent, les délits de fraude, la criminalité financière, les délits liés à la drogue et de nombreux autres délits accessoires. « L’un des objectifs du projet de loi est de renforcer la responsabilité, mais j’ai la triste impression que vous vous empressez d’adopter le projet de loi pour que votre gouvernement et vous n’ayez aucun compte à rendre à qui que ce soit », avance-t-il dans son courriel. 

Dans le but de convaincre le Premier ministre, Nando Bodha le met au défi. « La nation dans son ensemble vous serait reconnaissante de me prouver que j’ai tort en reportant la deuxième lecture du projet de loi à l’Assemblée nationale et de permettre un débat national entre tous les citoyens de notre République », souligne-t-il. Il a, en outre, mis en exergue les risques éventuels. « LINION MORIS craint que la Financial Crime Commission ne devienne un outil dangereux entre les mains de la personne qui sera à la tête de la Financial Crime Commission. Le directeur sera votre candidat et nous savons comment fonctionnent vos candidats. Le président actuel et le directeur de l’ICAC ne sont pas des exemples flatteurs. Je crains que demain, si vous n’êtes plus au pouvoir, la Commission de lutte contre la criminalité financière ne soit utilisée contre vos proches et vous », porte-t-il à l’attention du Premier ministre.

Pour conclure, Nando Bodha insiste sur le fait qu’un grand débat national devrait avoir lieu avant la deuxième lecture du projet de loi.

Leave a Reply

Your email address will not be published.