January 27, 2023
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Turf

PTP Tote : People’s Turf Plc révolutionnera le paysage hippique

1 0
Read Time:4 Minute, 54 Second

Le Mauritius Turf Club est dans une situation financière précaire. C’est un fait. La citadelle tremble, ses employés ne savent pas de quoi demain sera fait, quelle sera leur situation s’ils sont forcés à une retraite prématurée. Ils attendent, inquiets de leurs sorts et de celui de leurs familles et enfants. Le MTC, comme l’ont rappelé ses dirigeants, présentera d’ici la fin de cette année ou même avant, un nouveau plan, mais ce serait un plan de restructuration et qui dit restructuration dit « operasyon ser sintir », qui passera inévitablement par des départs à la retraite ! Voilà donc où est tombé le MTC alors que quelques-uns de ses anciens dirigeants, dont Jean-Michel Giraud, pour des raisons diaboliquement contraires aux principes de bonne gouvernance du Club, voulaient défier le gouvernement et ne pas organiser les courses. Du reste, certains lui avaient dit ses quatre vérités en face alors qu’il essayait de défendre l’indéfendable lors d’une réunion avec les employés. “Kan ti ena caviar zamé pa ti apel nou dan salon”, disait au moins un d’entre eux en présence de Giraud.

Jean-Michel Giraud, en premier, et d’autres dirigeants du MTC, ont tous leur grande part de responsabilité dans les malheurs du MTC. Qui ne se souvient pas de l’affaire “Rs 3 millions de dépôt” plus de 25 ans de cela pour un projet d’hippodrome qui n’a jamais vu le jour ? Le MTC a-t-il été remboursé de cette somme ? Si non, qui est à blâmer ? Jean-Michel Giraud, pour tous ses grands discours en tant que défenseur du MTC et de la cause hippique, a-t-il eu le courage et l’amour-propre de rembourser ces Rs 3 millions au MTC ?

Heureusement qu’avec l’arrivée de People’s Turf Plc, de nouvelles bases sont jetées pour que les courses ne disparaissent pas à Maurice. Malgré la campagne de dénigrement et tous les mensonges colportés contre elle dans une certaine presse, laquelle a reçu une véritable claque du MTC de Gavin Glover (au lieu d’un équidor comme suggéré par ce titre de presse, c’est une suspension de trois journées (seulement) qui a sanctionné le comportement inqualifiable de Taslima Valayden à l’égard de l’homme d’affaire Jean-Michel Lee Shim au paddock lors du Barbé de cette année en août dernier), People’s Turf Plc continue à prendre de l’essor sur l’échiquier hippique. Mais pour y parvenir, ses dirigeants s’assurent de ne pas commettre les mêmes erreurs que le MTC ! C’est la condition sine qua non pour toute réussite de People’s Turf Plc. Au cas contraire, elle ne tiendra pas au-delà de 2022, sa première année d’opération !

Après avoir séduit le public à travers un « people friendly environment » où les gens viennent « enjoy their racing » loin des jurons à la Taslima, People’s Turf Plc ne s’arrête pas en si bon chemin. Tenez, elle a su vite trouver des solutions après le jugement en faveur du MTC qui ne voulait pas que des structures soient érigées devant ses loges. De nouvelles installations ont été faites sur le toit de la People’s Turf Plc et de ce fait, elle a pu libérer la rue Eugène Laurent et permettre au public d’assister aux courses en face du but…gratuitement ! Qui dit mieux, car le grand gagnant de ce jugement est le public !

Pour la People’s Turf Plc, qui se prépare déjà à une grande saison des courses en 2023, il est temps de passer à un autre niveau de son développement. Même si elle n’est vieille que de 5/6 mois, elle montre la voie à un MTC créé en 1812 en démarrant très prochainement son propre…Tote ! Car People’s Turf Plc n’a que les intérêts des courses à défendre et son ambition d’opérer un Tote va le droit fil des recommandations du rapport Parry. En opérant son Tote, une grosse part des recettes restera dans le circuit hippique à travers des dotations importantes en termes de prix offerts aux propriétaires.

Malheureusement, de l’autre côté de la rue, le MTC a d’autres chevaux à fouetter, certains diront d’autres intérêts à défendre. Les deux compagnies de Tote sont gérées par les familles Hardy et Gujadhur, pourvoyeuses de votes aux élections. Les Hardy et les Gujadhur peuvent faire basculer une élection au MTC grâce à leur force de persuasion dans leurs entourages respectifs et toucher à leurs Totes mènerait à une défaite électorale certaine ! Ce sont quelque 300 votes qui sont directement concernés et qui décident de la composition du board du MTC !

Maintenant vous comprendrez mieux pourquoi Jean-Michel Giraud, farouchement opposé au Tote des Gujadhur dans un premier temps avant d’être contraint d’avaler la pilule sur ordre de Navin Ramgoolam, alors premier ministre, n’a jamais fait d’un Tote la priorité du MTC. Il l’a encore récemment répété lors des élections de 2021. Il est interdit au MTC de toucher aux Hardy et aux Gujadhur ! Il privilégiait la bataille pour un retour des « prérogatives » au lieu de tout faire pour obtenir une licence de Tote, comme fortement recommandé par le rapport Parry, une commission qu’il était allé lui-même chercher auprès de Navin Ramgoolam, car il voulait faire tomber quelques têtes au MTC ! Demandez à Kamal Taposeea ce que le MTC lui a réservé quand il a voulu traîner les deux Totes en Cour pour mieux protéger les intérêts du MTC ! Une campagne de dénigrement qui a duré pendant presque une année avant de se faire botter hors de la présidence et du…MTC !

Mais People’s Turf Plc n’est pas MTC ! Elle ne dépend ni de Gujadhur ni de Hardy. Elle est « for the people, by the people, with the people” ! Le PTP Tote arrive !

Happy
Happy
100 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.