Read Time:3 Minute, 7 Second

À l’occasion de 82ème anniversaire de Sir Anerood Jugnauth, Paul Bérenger avait pris la parole lors d’une fonction tenue en 2012, à l’hôtel Manissa, Flic en Flac. À cette époque, le MMM était en alliance avec le MSM. Paul Bérenger fut très élogieux à Légard de SAJ en tant que politicien et homme de sagesse. Mazavaroo vous propose l’intégralité de son discours qu’on a retranscrit d’une vidéo publiée le 9 avril 2012 sur le channel: « TheMoricien » sur Youtube. Lisez.

Selon Paul Bérenger, SAJ a une histoire étoffée comme politicien. « À l›âge de 35 ans, Anerood a joué un rôle crucial pour l’indépendance de Maurice en 1965. Il assiste aux conférences constitutionnelles à Lancaster House, à Londres, avant l’accession du pays à l’indépendance. Il avait accompagné Sookdeo Bisoondoyal pour enlever toutes les conditions susceptibles d’entraver l’indépendance de Maurice, » raconte le leader de MMM. En 1971, Anerood démissionne du parti Travailliste et rejoint le MMM. « J’ai passé un an en prison. Il était facile pour SAJ de fuir cette situation mais avec son courage, il est resté ferme. En 1972, on s’est mis ensemble après mon emprisonnement et nous avons reconstruit MMM et le syndicat à cette époque, » relate Paul Bérenger.

En 1976, SAJ est présenté comme Premier ministre si le MMM remporte les élections générales. Bien que les mauves remportent la victoire, une alliance postélectorale entre le Parti travailliste (PTr) et le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) empêche SAJ d’accéder au poste suprême. « Sa lepok la nou nou ti ban zen dife, nou ti kav desan dan chemin fou ene bez, mais Aneerood ti ene homme de sagesse. Line influence nou avec so sagesse et lin conseille nous ki la constititution Moris nou bizin respecte. Ene grand moment sa ! Pays la ti kav vir enba laho ! » lance-t-il.

En 1982, SAJ devient Premier ministre pour la première fois au sein d’une alliance MMM/PSM avec un 60-0. « On a fait ce que nous voulions faire. On a amendé la constitution et nous avons consolidé la démocratie en tenant nos promesses concernant le best loser system, » dit-il encore.

En 1982 et en 2000, ajoute Paul Bérenger, nous avions hérité dun pays dont l’économie était à genou à cause du parti Travailliste. «  En deux occasions, Anerood et moi, nous avons ensemble redressé le pays, » dit-il.

Au final, Paul Bérenger a terminé son discours sur une note remplie d’émotions à propos de son amitié avec SAJ. « Dans la vie pa zis pouvoir ou minis ki conté, l’amitié et sincérité si conté. Mwa et Anerood, nune faire buku pou nou pays. Remake pa remake, mo contan mo lamitié ek Anerood in rester. Mo kone capacité d’Anerood de releve ban defi de listwar comme mwa, » dit-il. Pour terminer, il a souhaité le bonheur à SAJ et à sa famille. « Merci Anerood pou tou ceki tone faire pou le pei. Pei la enkor conte lor toi, lor nou, » conclut-il.

P. Bérenger était un homme pressé ce jour-là et personne ne se doutait qu’il avait un agenda totalement à l’opposé de ce qu’il avait professé, devant un parterre d’invités gagné à ses paroles mielleuses, à quelques mètres de la mer, moins d’une heure plus tôt. Le leader du MMM devait rencontrer précipitamment en cachette Navin Ramgoolam. Quel pouvait être le niveau moral de Bérenger, pour incarner cette hypocrisie ? À réfléchir profondément, on serait tenté de dire qu’il n’avait même pas de niveau ; c’était totalement immoral.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Un «méga scandale» pour un méga projet à Les Salines
Next post LES MAINS LIÉES ET LA TÊTE BAISSÉE !
Close