July 24, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
News Politique

Révocation du board du MTCSL : De qui se moque Giraud ?

Révocation du board du MTCSL : De qui se moque Giraud ?

En révoquant le board directeur du MTCSL, à l’exception de Paul-France Tennant, véritable marionnette entre ses mains, Jean-Michel Giraud croyait faire la démonstration de son pouvoir que lui confèrent les statuts du Mauritius Turf Club, qui, soit dit en passant, n’est plus reconnu comme ni l’autorité hippique du pays ni l’organisateur des courses à Maurice malgré les vociférations de son président depuis mars de l’année dernière.

Cette décision, confirmée par le groupe Le Mauricien, titre qui roule ouvertement pour le Bokassa du Champ de Mars et relié par d’autres médias, dont l’Express et Le Défi, vient confirmer ce que Mazavaroo dénonce depuis longtemps.

Dans sa bataille politique qu’il mène avec la complicité d’un groupe de personnes connues pour leurs affinités avec des partis de l’opposition mais surtout pour leur sentiment anti-Jugnauth, mais aussi avec le soutien des politiciens comme les Arvind Boolell, Rajesh Bhagwan et Rama Valayden, tous des frustrés de la politique à qui des mails contenant des informations sensibles et confidentielles furent envoyées à des fins machiavéliques avec objectif de nuire, Jean-Michel Giraud joue une nouvelle carte pour tenter d’assouvir ses ardents désirs politiques, quitte à mettre en péril, oublions l’industrie hippique, mais son propre club, sans lequel Giraud n’aurait jamais eu autant de couvertures médiatiques. Mais malheureusement pour ceux qui continuent de le suivre «lizié fermé» au MTC ne réalisent toujours pas que le combat de cet homme, qui se prend comme un intouchable et qui continue à sousestimer le Premier ministre Pravind Jugnauth, qui l’a déjà mis à sa place tout récemment au sujet du financement des partis politiques, est d’utiliser le Club comme marchepied pour satisfaire son maître politique, adepte du «on/off». Mais il y a quand même une bonne frange de ceux qui avaient voté pour lui en 2021 qui a fini par découvrir ses «dirty tricks» qui sont en train de décrédibiliser le MTC, traîné par Giraud dans l’arène politique.

Jean-Michel Giraud, bailleur de fonds du MMM et chef agent au No.14, aurait tout à gagner si les courses ne démarrent pas et c’est pourquoi Mazavaroo n’accorde que très peu de considération à ce qu’il dit dans les médias à l’effet que tout est mis en œuvre pour que la saison hippique puisse démarrer le 23 avril. De qui se moque Giraud ? . Comme disait Abraham Lincoln : «You can fool some of the people all of the time, and all of the people some of the time, but you cannot fool all of the people all of the time.»

Publiquement et pour être constant dans sa stratégie politique depuis le départ, Giraud dit en ce moment le contraire de ce qu’il veut réellement accomplir. Voilà quelqu’un qui pas plus tard que le 15 mars dernier imposait des» «requirements» à la HRD, faute de quoi, «it (MTC/MTCSL) shall be in a difficult position to start the Racing season 2022.» Quels étaient ces» requirements»? En voici pour raffraîchir la mémoire de Jean-Michel Giraud !

1. «A significant reduction of the betting tax»

2. «Authorisation for Off-course bookmakers to operate»

3. «Access to the general public at the racecourse for the beginning of season 2022»

4. «And the imposition of a Fixed fee on oncourse bookmaker per race meeting»

Aucune de ces quatre conditions ne peut lui être accordée car n’étant pas du ressort de la HRD, car on ne vit pas, contrairement à ce que peut penser Jean-Michel Giraud, dans une République bananière ! Avec tous les «requirements» rejetés, Jean-Michel Giraud aurait dû réfléchir à deux fois avant de prendre l’engagement d’ouvrir la saison le 23 avril surtout avec le prolongement des restrictions sanitaires qu’il a lui-même qualifié de «catatrophique». Or tout ce qu’il a pu faire pour assurer sa collaboration à la HRD pour aider les courses, c’est de révoquer les membres du board du MTCSL, sauf Paul-France Tennant, quelqu’un qui n’est pas loin de devenir le bouffon du roi ! Une révocation qui intervient à un moment où Giraud sait très bien que le MTCSL est engagé dans une course contre-la-montre pour pouvoir respecter l’ultime moratoire de la GRA et de la HRD pour la soumission des «missing financial documents» et d’un certificat de solvabilité. Entre la révocation du board du MTCSL le 31 mars et la date à laquelle la compagnie devra soumettre ses «financial results» à la HRD, il n’y a que sept jours ! Toute personne ayant tout juste un peu de jugeote – nul besoin d’être génie – aurait conservé le board pour travailler d’arrache-pied afin de respecter le «dead line» imposé par le régulateur. Une fois la licence en main, à ce moment Giraud aurait bien pu penser à une «musical chair» pour pouvoir placer ses marionnettes sur le board et dans des postes de responsabilité au MTC. Il aurait eu tout son temps pour évincer les uns au profit des autres et entretemps, les activités auraient démarré sur la piste.

C’est comme l’atterissage d’un avion. Ça se prépare. Cette phase de vol est soigneusement préparée par les pilotes et l’atterrissage est en fait la phase finale de l’approche, quand l’avion quitte le niveau de croisière pour descendre vers l’aéroport. Aucun pilote n’attend atteindre Curepipe pour entamer la descente sur Plaisance ! Tout n’est pas fait brusquemment. Un chauffeur de camion voulant rallier Port-Louis venant de Quatre-Bornes va-t-il commencer à appliquer les freins seulement à la Place d’armes ?? Que Giraud ne nous prenne pas pour des imbéciles même s’il croit pouvoir diriger les courses comme les «macadams» de Basalt. Nous soulignons cela puisqu’il en a fait mention dans une interview samedi. A une question portant sur la révocation et les implications légales qui risquent de s’ensuivre, Giraud répond sans gêne mais avec une méconnaissance totale des lois : «Kan board Basalt dehor, Basalt aret van macadam ?» Soit l’homme est en déphasage avec les réalités actuelles ( Li croire organise les courses kuma dire p frire badias chaud ) où le gouvernement a voté une série de lois pour sortir le pays des listes grise et noire, soit, dans sa stratégie de guerre, il veut pousser le gouvernement, à travers la HRD et la GRA, dans une position où il leur sera difficile, selon la loi, d’accorder une licence au MTCSL pour aller de l’avant avec l’organisation des courses. Ce qui expliquerait alors l’empressement de Giraud à renverser intentionnellenent le board du MTCSL à quelques jours seulement de l’expiration du délai accordé au MTCSL pour la soumission des documents pour l’octroi d’une licence. Car pour Giraud, une première grosse partie de la bataille sera gagnée lorsqu’il sera dans une position de blâmer le gouvernement pour la non-délivrance d’une licence au MTCSL. Et à travers sa récente décision de révoquer le board du MTCSL à l’approche du 7 avril, c’est ce qu’il veut atteindre : voir la HRD refuser une licence au MTCSL alors qu’il se dit, lui, prêt à démarrer la saison le 23 avril. Plus calculateur politique que ça, tu meurs !. Giromon to ti bizin attane to gagne licence dan 7 jours apré to boure zot dehors (lexpression Bruno laurette ). To p force gov pa donne toi licence.

Leave a Reply

Your email address will not be published.