July 13, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Opinion

Riposte – Odieux comportement de Taslima Valayden : Le Mauricien choisit le mensonge !

« La Horse Racing Division a décidé d’initier une enquête pour donner suite aux huées et quolibets adressés par des membres du public à l’encontre du controversé magnat du pari et propriétaire de chevaux, Jean-Michel Lee Shim. » Tel est le compte-rendu fait par le Mauricien sur ce qui s’est passé au Champ de Mars, samedi dernier.

En lisant cet extrait, on peut avoir l’impression que Jean-Michel Lee Shim s’est fait huer par le public. Or,les choses ne se sont pas exactement passées ainsi. Car ce ne sont pas « des membres du public » qui ont « hué » Jean-Michel Lee Shim, mais bel et bien Taslima Valayden, épouse de l’avocat Rama Valayden.

Ceux présents ce jour-là ont été choqués de voir le comportement de cette personne, dont le langage ordurier ne faisait aucunement honneur aux dames. D’ailleurs, de mémoire de passionné des courses, c’est bien la première fois qu’un tel incident se produit. Surtout venant de la part d’une femme !

Mais le Mauricien a tort de falsifier les faits, et de vouloir faire croire que c’est le public qui s’en est pris au propriétaire de Frosted Gold, de surcroît gagnant de la Barbé Cup : »Dès son arrivée au rond de présentation, avant la sixième course,et à son retour au paddock lorsqu’il ramenait son cheval Frosted Gold, gagnant de la Barbé Cup, au Winner’s Enclosure, le public n’a manqué de crier « Li sim v… ! « Li sim v… ! ». Or, comme souligné, c’est une seule voix qui a gâché ce qui devait être un moment d’honneur pour le propriétaire de Frosted Gold. Et la Horse Racing Division a tout à fait raison de prêter attention à ce dérapage verbal, venant d’une femme. Et si le journaliste du Mauricien s’étonne que la HRD parle d’une enquête, il faut rappeler à ce dernier que le Champ de Mars n’est pas un bazar, où n’importe qui viendrait faire la criée. Et encore moins une jungle où des chipies se montreraient sous leur plus mauvais jour !

Jean-Michel Lee Shim a raison de déplorer cet écart de langage, et c’est tout à son honneur de ne pas avoir choisi la confrontation avec cette personne, qui était d’ailleurs accompagnée de bouncers : » Je trouve inacceptable qu’un propriétaire, vainqueur d’une course classique, puisse être victime d’abus verbaux dans l’enceinte du paddock du MTC. Mme Taslima Valayden, membre du Mauritius Turf Club, qui se tenait près du paddock, et dans une « restricted area », s’est verbalement attaquée à ma personne dans un langage ordurier sans qu’elle ne soit ramenée à l’ordre.

Cela ne fait honneur ni à sa personne ni au MTC, car ce n’est pas ce genre de comportement odieux qui redonnera ses lettres de noblesse à notre « sport of kings ».

Comme on m’a informé que Mme Taslima Valayden était accompagnée de ‘bouncers’ lors de son déplacement au Champ de Mars samedi, j’ai préféré quitter les lieux pour éviter d’autres incidents qui auraient gâché une belle journée de courses au MTC. Cette précision est nécessaire, car mon absence à la cérémonie de remise de prix après le Barbé, est diversement interprétée dans le public et au MTC. »

Si la précision de Jean-Michel Lee Shim ne voudrait rien dire pour le journaliste du Mauricien, ce dernier sait-il qu’il existe une vidéo de ce triste incident ? Et sur laquelle on voit cette personne, elle seule et non pas le public comme faussement écrit par Le Mauricien !, s’en prendre verbalement à Jean-Michel Lee Shim ?

Nous le répétons : Le groupe Le Mauricien a parfaitement le droit de ne pas aimer Jean-Michel Lee Shim. Mais, entre ne pas aimer une personne, et publier des mensonges sur lui, c’est un pas que Le Mauricien franchit allègrement à chaque fois. Dans sa hantise du personnage, ce journal trouve toujours moyen d’affubler Jean-Michel Lee Shim de qualificatifs racistes et réducteurs. Pourquoi « controversé magnat du pari » ? En Cour, le journaliste du Mauricien pourra-t-il s’expliciter sur ce terme ?

Jean-Michel Lee Shim peut sembler impitoyable pour les uns, mais dans le monde des affaires, il faut être fort si on ne veut pas se laisser marcher sur les pieds. Pourquoi le journaliste du Mauricien n’affuble pas d’autres magnats du monde des affaires locales de tels qualificatifs ? Parce que Lee Shim n’a pas leur « carat », ou justement parce qu’il ne leur ressemble pas ? Est-ce que le syndrome Roland Maurel est encore dans certaines têtes ? Jean-Michel Lee Shim n’a-t-il pas le droit de réussir, là où certains voient leur pré-carré se rétrécir comme peau de chagrin ? Ce qui pousse Le Mauricien à parler de « mettre la clé sous la porte » pour ceux que ce journal aime défendre ?

Sans préjuger de l’enquête de la HRD, il serait bien qu’un signal fort soit envoyé à tous ceux qui croient que le Champ de Mars leur appartient. Et que c’est pour cela que Jean-Michel Lee Shim leur donne des urticaires quand il y est présent. Le passionné du sport des rois « is here to stay » au Champ de Mars, n’en déplaise à ses détracteurs. Il est plus que temps que Le Mauricien comprenne une fois pour toutes que « the times they are changing »,comme le chante Bob Dylan. Et si ce journal est partie prenante du langage ordurier et du mensonge, il est de notre devoir de le faire savoir au public. Le mot public dans son sens le plus large, et voulant dire le plus de monde possible. Et non pas une seule personne, comme Taslima Valayden, qu’on ferait passer pour une héroïne, alors qu’elle ne fait que honte au sport des rois !

Leave a Reply

Your email address will not be published.