July 24, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Fait Divers

Saisie de drogues à Petit Verger – SP Ghoorah : « L’opération de la Striking Team a été filmée »

Bruneau Laurette et son fils ont comparu devant la cour de district de Moka hier, lundi 7 novembre. Ils ont été reconduits en cellule jusqu’au lundi 14 novembre. En attendant, le SP Ghoorah de la Major Crime Investigation Team (MCIT) a apporté des éclaircissements sur des questions posées par Me Shakeel Mohamed samedi dernier.

L’ambiance était tendue à l’extérieur de la cour de Moka. Des sympathisants, déplacés en masse pour apporter leur soutien à Bruneau Laurette, ont scandé : « Larg Bruneau. Bruneau inosan. » Un fort dispositif de diverses unités de la police, notamment les membres de la Special Supporting Unit, a été mis en place pour s’assurer que la comparution des suspects se déroule sans incidents.

C’est aux alentours de 10 h 30 que l’activiste et son fils, Ryan, sont arrivés en cour. Bruneau Laurette a été transporté dans le même véhicule blindé de la Special Mobile Force que lors de sa comparution devant la Bail and Remand Court le samedi 5 novembre. Il était escorté par les membres du Groupement d’intervention de la police mauricienne. Père et fils font chacun l’objet de quatre accusations : trafic de drogue avec circonstances aggravantes, à savoir possession de haschisch et de drogue synthétique pour la revente, blanchiment d’argent et possession d’armes à feu. Ryan Laurette a comparu le premier. Une motion de remise en liberté conditionnelle, présentée par ses hommes de loi, sera débattue le 14 novembre à la cour de Moka.

Me Shakeel Mohamed, qui fait partie du panel d’avocats de Bruneau Laurette, a d’abord fait une demande auprès de la magistrate pour s’entretenir avec son client. Il n’avait pas obtenu l’autorisation des enquêteurs de rencontrer son client depuis vendredi après-midi. La magistrate a accédé à sa demande. Ainsi, Me Shakeel Mohamed s’est entretenu avec son client une quinzaine de minutes avant d’interroger le SP Ghoorah de la MCIT qui, rappelons-le, enquête sur cette affaire depuis vendredi. Appelé à la barre, le SP Ghoorah a apporté des éclaircissements à la cour suivant plusieurs questions de la défense. Me Mohamed lui a d’abord demandé si l’opération menée par la PHQ Special Striking Team (SST) a été filmée. Le chef enquêteur a répondu par l’affirmative. L’homme de loi a voulu savoir si c’était par mobile ou l’enregistrement faisait-il partie de l’opération policière. Le SP a répondu que l’enregistrement faisait partie intégrante de l’opération de la SST.

Me Mohamed a indiqué à la cour qu’il est en possession d’informations que l’officier de la Forensic Science Laboratory (FSL), qui a pris les échantillons d’ADN sur Bruneau, n’était pas de service ce vendredi-là. En effet, Shakeel Mohamed a souligné que c’est un certain A. Mooradhun qui était «on call» pour prendre ces échantillons. C’est à la dernière minute que des instructions ont été données pour qu’il soit remplacé par Vikash Ramessur. Le SP Ghoorah a expliqué qu’il n’était pas au courant de cela. L’homme de loi a présenté une motion pour que la MCIT mène une enquête sur ces informations.

Autre demande formulée par l’avocat de la défense est qu’un «exact audit» soit menée sur la drogue saisie en mai 2021 à Pointe-auxCanonniers. En effet, le samedi 5 novembre, Me Mohamed avait interrogé le SP Ghoorah sur les similitudes au niveau de l’emballage des colis de drogue lors de la saisie à Pointeaux-Canonniers et celle qui a eu lieu chez Bruneau Laurette, le vendredi 4 novembre, à Petit Verger. Rappelons que 46 kg de haschisch ont été retrouvés dans le coffre de la voiture de l’activiste avec 700g de drogue synthétique.

La STT a aussi découvert Rs 80,000 sous un matelas, deux armes à feu dans sa chambre et un téléphone satellite dans la maison. Me Shakeel souhaite que tous les doutes soient dissipés sur la similarité de la drogue saisie lors de ces deux opérations à un an et demi d’intervalle.

Lors de sa comparution devant la Bail and Remand Court, Bruneau Laurette a soutenu devant le magistrat que la drogue a été plantée par la police. Il a précisé que les armes à feu ne lui appartiennent pas. Il faut savoir que les enquêteurs n’ont pas encore pris les «statements» de Bruneau Laurette et de son fils. Me Neelkanth Dulloo, qui fait partie du panel d’avocats, a indiqué que Bruneau Laurette devra s’expliquer sur une plainte pour «breach of ICTA» logée par l’ASP Jagai. En effet, en septembre 2022, l’ASP Jagai et d’autres membres de son équipe ont porté plainte contre l’activiste après que celui-ci a soutenu sur sa page Facebook que l’ASP Jagai et des membres de la SST seraient à l’origine de la fuite des vidéos intimes du couple Akil Bissessur/Doomila Moheeputh.

Ce volet terminé, les enquêteurs de la MCIT commenceront à prendre les «statements» des deux suspects. Les avocats des Laurette, père et fils, ont formulé une demande pour que ces interrogatoires soit faits «on camera» et en compagnie des leurs hommes de loi. La requête a été approuvée par le SP Ghoorah. Ryan Laurette a été reconduit au Moka Detention Center alors que Bruneau Laurette est incarcéré à la prison d’Alcatraz. Ils comparaîtront tous deux à nouveau devant la cour de district de Moka le lundi 14 novembre.

Leave a Reply

Your email address will not be published.