Read Time:2 Minute, 48 Second

C’est un village à problèmes. Et les habitants de St-Hubert ont fait entendre leur voix, cette semaine, face aux divers problèmes qui sévissent dans cette localité nichée dans le sud. Au début de la semaine, ils ont fait appel aux autorités car des eaux usées aux odeurs nauséabondes, provenant de Mare Chicose, se déversent dans les rivières.

Hier, mercredi 6 avril, un groupe de résidents ont protesté devant les locaux de la National Land Transport Authority (NLTA), à Port-Louis, pour déplorer un manque de transport public dans leur village. Notamment sur la Route 11 St-Hubert-Mahébourg et la Route 87 St-Hubert-Curepipe. Ils réclamaient une rencontre avec des représentants de cette institution pour trouver une solution.

Nitin Jeeha, un conseiller du village, explique : « Nous avons un problème avec deux routes principalement : la Route 11 et la Route 87. Depuis quelque temps, seulement deux bus opèrent sur la route 11 (St-Hubert-Mahébourg). Au début, il y avait six bus mais le nombre a été réduit au fil des semaines. Les passagers doivent attendre entre 45 minutes et une heure avant qu’un bus n’arrive. La situation empire pendant les heures de pointe. Ensuite, les horaires des bus sur la Route 87 causent un autre problème. Depuis des semaines, nous tentons d’avoir une rencontre avec la NLTA pour trouver une solution mais nous n’avons eu aucune réponse. D’où notre décision de procéder à une protestation devant les locaux de la NLTA. »

A l’issue de la protestation, un cadre a convoqué trois membres du groupe, soit le président du Conseil de village de St-Hubert, Ramesh Doolup, Nitin Jeeha et un habitant, pour une réunion le même jour. Nitin Jeeha a précisé : « Nous avons soumis nos doléances à la NLTA qui a, en retour, fait des propositions mais nous ne sommes pas entièrement satisfaits. Nous avons évidemment fait des contre-propositions et nous attendons ce que la NLTA va décider. » Il soutient que les habitants avaient menacé d’entamer une grève de la faim si la NLTA refusait de les rencontrer. Désormais, ils comptent maintenir leur décision de la grève de la faim si des solutions adéquates ne sont pas proposées.

D’autre part, ce même groupe de personnes déposera une plainte à la Police de l’environnement dans les jours qui suivent. Car d’importantes quantités d’eaux usées provenant de Mare Chicose se déversent dans les cours d’eau de l’endroit, allant jusqu’aux rivières des endroits avoisinants. « Les eaux usées de Mare Chicose provoquent des odeurs nauséabondes en plus de polluer l’eau des rivières, censée être distribuée aux abonnés de la CWA. Nous avons décidé d’exposer cette affaire après la grogne des habitants dont les maisons se trouvent à environ 10 à 20 mètres de ces cours d’eau. Ils se sont plaints auprès du Conseil de village de St-Hubert. Selon nos informations, l’eau de la rivière de Riche-en-Eau va dans la mer. Ceci dit, ces eaux usées ne polluent non seulement les cours d’eau et les rivières mais aussi la mer. Il est temps d’agir », lance Ramesh Doolub, président du Conseil de village. Le conseiller du Conseil de district et du village, Nitin Jeeha, a posté une vidéo sur sa page Facebook, le lundi 4 avril, pour dénoncer la situation.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Gifle de Will Smith : Hollywood dans l’attente de la décision de l’Académie des Oscars
Next post DoggiTreats : Pour le bonheur des papilles gustatives des animaux domestiques
Close