May 20, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

Un atelier consultatif national pour faire le point sur la situation à Maurice

Prévention de la toxicomanie

Un atelier consultatif national de trois jours sur la prévention de la toxicomanie, organisé par le Secrétariat national des drogues sous l’égide du Cabinet du Premier ministre (PMO), s’est ouvert le 11 septembre au Caudan Arts Centre à Port Louis. Des représentants de différents ministères et départements, d’ONG, de la société civile et d’organisations religieuses y participent.

Les objectifs de l’atelier sont de faire le point sur la situation de la drogue dans le pays, de prendre connaissance des programmes de prévention de la drogue en place, d’identifier les lacunes et les défis des programmes de prévention de la drogue, de proposer et d’adopter des programmes de prévention appropriés basés sur des preuves pour différents groupes ciblés, d’élaborer un registre national des personnes ressources pour la mise en œuvre des programmes de prévention de la drogue et de proposer une stratégie nationale pour un programme de prévention efficace.

Au cours des trois jours, plusieurs thèmes seront abordés, à savoir : Aperçu de la situation en matière de drogues ; aperçu du phénomène des drogues de synthèse ; état du financement du programme de prévention de la toxicomanie ; programme de prévention de la toxicomanie dans les établissements d’enseignement et les institutions ; et la voie à suivre.

Présente à l’ouverture, la secrétaire permanente adjointe du PMO, Mary Ching Kee Young, s’est attardée sur les effets majeurs de la toxicomanie sur l’individu, la famille et la société dans son ensemble. Elle a indiqué que selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, le nombre de personnes dans le monde ayant consommé de la drogue au moins une fois en 2021 est estimé à environ 300 millions, ce qui représente une augmentation de 20% par rapport à 2010. S’exprimant sur la situation de la drogue à Maurice, elle a déclaré que le pays n’est pas épargné et a réitéré la détermination du gouvernement à combattre le fléau de la drogue qui affecte principalement les jeunes. « Un plan structuré et bien défini est nécessaire ainsi que l’implication de toutes les parties prenantes », a-t-elle observé.

La secrétaire permanente adjointe a rappelé que le gouvernement a élaboré diverses politiques pour s’attaquer au problème, la plus récente étant le plan directeur national de lutte contre la drogue 2019-2023, qui encourage la collaboration entre les organismes chargés de l’application de la loi. « Le Masterplan propose une approche intégrée qui s’attaque à une série de problèmes liés à la drogue », a-t-elle souligné. « Il s’agit notamment de la réduction de l’offre et de la demande de drogues illicites, de la réduction des risques ainsi que du mécanisme de coordination, du cadre de mise en œuvre, du suivi et de l’évaluation et de l’information stratégique basée sur les conventions internationales relatives au contrôle des drogues », a-t-elle ajouté.

Aperçu de la situation de la drogue à Maurice

Dans une présentation, le coordinateur du Secrétariat national des drogues, Sewraz Corceal, a indiqué qu’en 2021, avec 4 826 délits de drogue signalés, le taux de délits de drogue s’élevait à 3,8 pour 1 000 habitants. En 2021, sur les 4 826 infractions liées à la drogue signalées, 45,9 % étaient des infractions liées au cannabis, suivies par 26,3 % d’infractions liées à l’héroïne. 22,0 % des infractions liées à la drogue étaient attribuées aux cannabinoïdes synthétiques. Les autres drogues, principalement la méthadone et le haschisch, représentaient 3,5 %.

De 2018 à 2020, la possession de stupéfiants a été la nature d’infraction à la législation sur les stupéfiants la plus fréquemment signalée, avec 71,8 % en 2018, 72,1 % en 2019 et 59,7 % en 2020, en proportion annuelle respective de l’ensemble des infractions à la législation sur les stupéfiants. En 2021, la possession de stupéfiants représentait 73,8 % du total des infractions liées à la drogue signalées.

En 2021, l’Unité de lutte contre la drogue et la contrebande (ADSU) de la police mauricienne a signalé 3 623 cas d’infractions liées à la drogue, dont 3 284 arrestations. Pour les trois dernières années, de 2019 à 2021, le nombre annuel moyen d’infractions liées à la drogue signalées par l’ADSU était de 3 813 par an et le nombre annuel moyen d’arrestations liées à la drogue était de 3 245. 

Pour les neuf dernières années (2013-2021), la valeur marchande déclarée des drogues saisies par l’ADSU s’élevait à 13,7 milliards de roupies, dont une valeur marchande estimée à 10,9 milliards de roupies était associée aux saisies d’héroïne.

En ce qui concerne les nouveaux cas demandant un traitement de réadaptation dans les ONG, pour les trois dernières années 2019-2021, la moyenne annuelle des nouveaux cas dans les centres des ONG s’élevait à 2 121 cas par an. En 2021, il y a eu 2 375 nouveaux cas. En 2021, 80 % des nouveaux patients ayant eu recours à des services de réadaptation dans des ONG appartenaient à la tranche d’âge de 18 à 39 ans. Durant la même année, il y a eu 927 admissions dans des établissements de santé publique en raison de problèmes de consommation de drogue, dont 63 admissions (6,8 %) étaient des cas féminins.

Leave a Reply

Your email address will not be published.