April 23, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités Local News Opinion Sports Turf

Après son camouflet devant le Privy Council – Vincent Allet cessera-t-il de miauler? 

Après avoir été débouté en Cour Suprême en novembre 2023, Vincent Allet a essuyé un autre revers cinglant devant Le Privy Council du Roi. La GRA a eu parfaitement raison de prendre les mesures qu’il fallait à son encontre. Quel gâchis ! 

Tout cela nous ramène à des réflexions qui confortent tous dans la décadence provoquée par le MTC et les hommes qu’il protégeait tantôt occultement, tantôt manifestement. 

Pendant trop longtemps, le Champ de Mars tolérait en son sein des esprits mercantilistes et corrompus qui n’ont assuré que leurs intérêts personnels, ne s’en souciant pas de la moindre mesure de l’avenir du sport hippique alors que partout dans le monde, la créativité, le développement et l’innovation ont toujours été pris en considération pour se réinventer et offrir un produit de qualité à ce grand public qui finance cette industrie à coups de privations, de sacrifices et de dettes tant par la passion et la confiance que cette discipline inspire.

 Le projet inédit de Jean-Michel Lee Shim à Petit Gamin et le grand défi qu’il a relevé avec succès et hauteur au Champ De Mars malgré des conditions déplorables [dûes à l’immobilisme, aux fautes et à la négligence du MTC] s’inscrivent dans le droit fil de cette impressionnante mouvance consistant à faire les courses hippiques être débarrassées de leurs miasmes et pourfendeurs.

  Personne ne s’est intéressé au sort des chevaux, encore moins Vincent Allet, parce que dans ce domaine, le business était à sens unique.

V. ALLET était devenu un dirigeant d’écurie amer, frustré et isolé. Il a été vendu par ses propres et ses proches lieutenants. Les deux jugements finissent par faire tomber définitivement le masque de Vincent Allet et aussi le terrasser dans les peu choses qu’il lui restait. Alors qu’il était venu se présenter, à l’image de JM Giraud et acolytes, comme le sauveur d’une industrie qu’il a lui-même contribué à conduire dans le précipice. 

Mais, saura-t-il réaliser qu’il n’est plus qu’une caricature du passé et mis hors course et ainsi qu’il doit aller se cacher, se réfugier dans l’anonymat, loin des chevaux et du domaine hippique? Rien n’est moins sûr, connaissant l’entêtement et la petitesse d’esprit de ce ventru. Cependant, un conseil utile:  qu’il se ravise de tenter d’autres sinistres manœuvres, son langage d’hypocrisie ayant également échoué lamentablement

Nous comprenons que ce n’est pas une sinécure et carrément un affront pour lui de devoir saisir la Cour mauricienne et le Privy Council pour parvenir à ses fins. Le Privy Council que Vincent Allet croyait dûr comme fer était un précieux sésame, lui a infligé une raclée dont il s’en souviendra pour toute sa vie. Il a eu tort de penser que les Lords [ composant le “bench” de ce Conseil Privé] étaient des hommes comme lui, qui agissaient comme une tête d’oeuf. Au Privy Council du Roi, <<Lady Justice does not wear blindfold>>.  Qu’il sache une fois pour toute qu’il ne peut plus se comporter comme s’il était dans la cour du roi Pétaud. Comme si l’on pouvait mentir, manipuler à loisir, se suffir à soi-même. 

  Vincent Allet, qui vit d’air et d’eau fraîche et qui ne dort pas à l’écurie, a toujours été animé de mauvaises intentions [with a sword in the mind], d’esprit revanchard et d’agenda politique. Il serait désormais plus sage pour son retraité politique de père Maurice Allet de lui ramener à la raison. Un père doit parfois être cruel par amour. Surtout que ce n’est pas la première fois que des autorités et des instances juridiques lui infligent une mortification et un démenti. C’est ce qu’on appelle: lui rabaisser le caquet.

Malheureusement, V. Allet n’a pas ce quotient d’intelligence pour avoir le devoir d’être constant et à cheval sur les principes de bonne gestion, de savoir-vivre et de respect des lois du pays. Qu’il s’appelle Vincent Allet, qu’il soit proche d’un parti politique ou nourisse des ambitions de siéger à l’auguste Assemblée Législative, il était important que chacun sache qu’il ne fallait pas se servir de la popularité et du folklore qui brille au Champ de Mars pour en faire une plateforme politique et un conseil de petits copains pour des règlements de compte dignes des caisses de savon et commettre le crime d’abandonner les courses, jusqu’à mourir à petites doses. 

Jean-Michel Lee Shim en féru et passionné du sport hippique n’a pas pu voir et laisser le troisième plus vieil hippodrome de l’hémisphère sud dégringoler et réduit en une déchetterie et aussi laisser cette industrie entre les mains des esprits malades, criminels et corrompus. 

Aves les torts et les remords causés aux courses par cette bande de négationnistes et de passéistes, il s’est dit que l’heure a sonné pour que ceux-çi se retirent, quitte à qu’ils aillent se morfondre dans une maison de retraite.

 Au moins, cette démarche héroïque et exceptionnelle de JMLS a permis aux courses de recouvrer leurs lettres de noblesse, après qu’elles furent si longtemps accaparées par des médiocres, si ce n’est pas des moins que rien comme Vincent Allet, pour leur propre jouissance et extravagance.

Tout le monde espère que Vincent Allet fasse son introspection et se remette en selle dans un autre domaine qui lui sied peut-être. Mais, le connaissant, tous se doutent qu’il puisse cesser de miauler. 

Mais, ce qui est sûr est qu’au Champ de Mars, un tocard comme lui ne battra jamais un étalon.

Leave a Reply

Your email address will not be published.