March 3, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

L’emphase mise sur la promotion du label « Made in Moris »

28e assemblée générale de l’AMM

La 28eme assemblée générale annuelle de l’Association of Mauritian Manufacturers  (AMM) e eu lieu hier, à son siège à Saint Pierre. Un atelier de prospective stratégique, animé par l’économiste principal de l’Office des Nations Unies à Maurice et aux Seychelles, Sébastien Vauzelle, s’est également tenu à cette occasion. Des représentants de plusieurs associations à travers le pays, dont l’Economic Development Board (EDB), Business Mauritius, la Chambre d’agriculture et la Tourism Authority ont assisté à l’atelier. L’objectif de l’atelier était d’engager les membres de l’AMM et de Made in Moris dans une réflexion sur les principaux défis, opportunités et risques à venir pour le secteur manufacturier mauricien.

A cette occasion, le ministre du Développement industriel, des PME et des Coopératives, Sunil Bholah, a reconnu l’énorme travail accompli par l’AMM depuis sa création et comment il a aidé à promouvoir les intérêts du secteur manufacturier local. « Vous avez su défendre, préserver, développer et parfois complètement réinventer ce savoir-faire mauricien envers et contre tout, notamment pendant l’une des périodes les plus difficiles que nous ayons jamais connues, la pandémie de COVID-19 », a-t-il déclaré. S’exprimant sur le label « Made in Moris », il a rappelé qu’il a été initialement lancé dans 11 entreprises et deux secteurs ajoutant qu’il fédère aujourd’hui près de 150 entreprises et représente plus de 350 marques et 3 800 produits. « Le label est actuellement reconnu dans sept secteurs économiques, à savoir la production industrielle, le textile, l’agroalimentaire, l’agriculture, la culture, la création et le numérique, l’hôtellerie et les services », a souligné le ministre.

En outre, il avance  que bien que l’achat local fasse désormais partie de la société, plusieurs défis restent à relever, notamment la main-d’œuvre nécessaire pour garantir que les usines maintiennent leurs chaînes d’approvisionnement pour répondre à la demande. De ce fait, l’industrie locale est appelée à jouer un rôle de premier plan dans des enjeux stratégiques tels que l’économie circulaire, la sécurité alimentaire et la transition énergétique. « L’expertise et le savoir-faire locaux sont des atouts culturels qu’il faut protéger car pour un entrepreneur, il est essentiel de se renouveler en innovant et en s’adaptant à son temps. Il est également impératif de trouver des clients prêts à se lancer dans l’aventure et de choisir la qualité et l’engagement local », a-t-il affirmé.

Dans la foulée, il a réitéré l’importance d’assurer la pérennité de notre industrie locale en saisissant de nouvelles opportunités, en adoptant des pratiques vertes, en intégrant de nouvelles technologies telles que l’Intelligence Artificielle et la mécanisation et en conquérant de nouveaux marchés. Le ministre Bholah a en outre lancé un appel à l’engagement de chacun dans cette démarche collective afin de redynamiser l’économie car, selon lui, le « Made in Moris » est la force du collectif. Il a alors demandé à la population de consommer et d’acheter localement car c’est l’acte le plus percutant et engagé qui puisse être fait pour soutenir notre industrie locale. « Consommer un produit local, c’est valoriser notre agriculture, notre pêche, notre artisanat, notre faune et notre flore, et notre industrie », a-t-il indiqué.

Pour sa part, la PDG de l’AMM et directrice générale du label Made in Moris, Shirin Gunny, a présenté trois initiatives susceptibles de renforcer l’interdépendance des secteurs de l’industrie, à savoir un espace dédié « Made in Moris » à l’aéroport international de Sir Seewoosagur Ramgoolam, le « Made in Moris » Pledge et la création d’un observatoire local des achats. « Nous sommes tous au service d’une industrie locale et chaque porte que nous ouvrons pour « Made in Moris » est également ouverte à toutes les autres entreprises locales », a-t-elle soutenu.

Quant au président de l’AMM, Yannick Applasamy, il a indiqué qu’en 2022, le secteur manufacturier mauricien a contribué une valeur ajoutée de Rs 68 milliards, supérieure aux Rs 53 milliards d’avant la pandémie, ce qui montre que le secteur manufacturier est de retour son niveau pré-pandémique en moins de deux ans et a largement dépassé les chiffres de 2019. Sur cette note, il a réitéré qu’il est urgent de réévaluer les priorités et de créer les conditions pour consolider la production locale par l’investissement, l’innovation industrielle et une coopération renforcée entre les industries de l’océan Indien et de la région de l’Afrique de l’Est. Il a également souligné l’importance de revaloriser l’emploi dans l’industrie locale car le métier d’industriel est aujourd’hui synonyme d’innovation et d’agilité. « Il est clair que ce ne sont pas des sujets que nous pouvons traiter isolément, nous devons donc définir une stratégie et une réponse nationales afin de maintenir nos activités », a déclaré le président de l’AMM.

Pour rappel, l’AMM a été créé en 1995 dans le but d’œuvrer à restaurer la pertinence économique de la production locale pour le marché intérieur et l’exportation et d’accompagner la transformation du secteur manufacturier mauricien. En juin 2013, l’AMM a lancé le label « Made in Moris » comme outil de différenciation dans le but de valoriser les marques mauriciennes en mettant l’accent sur le savoir-faire. Aujourd’hui, le label « Made in Moris » prône un achat local responsable.

Leave a Reply

Your email address will not be published.