May 22, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

Price Monitoring Report:La hausse des prix des produits essentiels évaluée

La Competition Comission a rendu public sa première édition du Price Monitoring Report hier. Selon la Competition Commission, elle a pour responsabilité de surveiller les prix des produits essentiels dans le cadre de leur mandat de surveiller constamment les marchés. L’objectif de cet exercice de surveillance des prix est d’évaluer l’ampleur de l’augmentation des prix des principaux produits essentiels et d’identifier les causes contribuant à ces augmentations. De ce fait, la Commission a examiné l’évolution des prix sur le front mondial par rapport aux prix sur le plan local. Dans cette première édition, les prix de quatre produits essentiels ont été analysés, à savoir les huiles comestibles, le lait en poudre, le fromage fondu et le poulet.

Le rapport fait mention que les économies du monde entier se remettent encore de l’impact de la pandémie de Covid-19 et sont en même temps confrontées à de nouveaux défis découlant du conflit géopolitique russo-ukrainien et des conditions climatiques défavorables. Tous ces événements ont abouti à une série de problèmes économiques, notamment la flambée des prix des denrées alimentaires et d’autres produits de base. Ces augmentations de prix ont eu un impact négatif sur le pouvoir d’achat et le bien-être des consommateurs.

De janvier 2017 à février 2020, c’est-à-dire la période pré-Covid-19, le Food Price Index (FPI) de la Food and Agriculture Organisation (FAO) a légèrement augmenté, passant de 97,7 points à 99,4 points. Cela indique qu’en moyenne, les prix des denrées alimentaires ont augmenté d’environ 1,8% au cours de cette période. Alors que les indices des prix de la viande, des produits laitiers et des céréales ont augmenté respectivement de 9,3%, 4,4% et 12,3%, des baisses de 13,1% et 27,3% ont été observées dans les indices des prix des huiles végétales et du sucre.

La pandémie de Covid-19 a entraîné des hausses sans précédent des prix des denrées alimentaires. Le FPI de la FAO est passé de 99,4 points en mars 2020 à 133,7 points en décembre 2021, soit une hausse de 40,5%. Des hausses de prix ont été observées dans les cinq groupes de produits alimentaires : viande (11,7%), produits laitiers (27,0%), céréales (43,3%), huiles végétales (109,0%) et sucre (57,5%). Le prix des huiles végétales a plus que doublé à l’international. En 2022, les prix des denrées alimentaires sur le front international ont continué de grimper par rapport à leur niveau de décembre 2021. L’IPF de la FAO a culminé en mars 2022 avec une valeur de 159,7 points et a ensuite diminué pour atteindre 132,4 points en décembre 2022.

D’autre part, la baisse de l’IPF de la FAO a été principalement due à une baisse significative du prix des huiles végétales de 22,4% par rapport à ses niveaux de décembre 2021 et de 42,7% par rapport à ses niveaux de mars 2022 lorsque l’indice des prix des huiles végétales a culminé à 251,8 points.

Huiles comestibles

Les prix des huiles végétales les plus utilisées à Maurice, à savoir l’huile de soja, l’huile de tournesol et l’huile végétale mélangée, ont connu des augmentations substantielles au cours de la période de pandémie de Covid-19. Les prix ont encore augmenté en raison du conflit géopolitique russo-ukrainien et des conditions climatiques défavorables. D’autres facteurs tels que les prix mondiaux élevés des intrants, les restrictions commerciales et les taux de fret élevés expliquent la pression à la hausse sur les prix des huiles alimentaires à Maurice.

De janvier 2017 à février 2020, l’indice FAO des huiles a diminué de 13,1%. Une tendance similaire a été notée à Maurice avec une chute de 8,5% de l’indice des prix des pétroles domestiques. Pendant le pic de Covid-19, une augmentation significative de 109,0% de l’indice FAO des prix des huiles a été notée. L’indice local des prix des huiles a également augmenté, mais dans une moindre mesure de 35,0%, en raison des subventions accordées par le gouvernement. En l’absence d’intervention de l’État, la hausse des prix du pétrole aurait été d’environ 100,0%. L’augmentation d’environ 52,4% de l’indice local des prix des pétroles en 2022 est potentiellement préoccupante, d’autant plus que l’indice FAO des prix des pétroles a chuté de 22,4%.

Lait en poudre

Le lait en poudre est un produit essentiel qui fait l’objet d’un contrôle des prix, sous la forme d’un maximum mark-up (24% + 2% de spécial allowance). Pendant la pandémie, les prix du lait en poudre ont considérablement augmenté. En l’absence de réglementation des prix, les augmentations de prix du lait en poudre auraient été plus importantes.

De janvier 2017 à février 2020, les prix de détail du lait en poudre à Maurice ont augmenté de 5,8%. Cela est conforme à la tendance mondiale des prix du lait qui se reflète dans l’augmentation de 4,4% de l’Indice FAO des prix des produits laitiers au cours de la même période, passant de 98,6 points à 102,9 points. De même, le prix du lait frais en Nouvelle-Zélande, notre principale source d’importation, a augmenté de 9,1% au cours de cette période. Les prix du lait en poudre à Maurice ont ainsi été impactés par des coûts d’importation plus élevés. Les effets combinés des coûts plus élevés dans le pays source et de la dépréciation de la roupie expliquent les prix plus élevés de la poudre de lait.

Le prix de détail du lait en poudre en décembre 2021 s’élevait à Rs 204,6 le kg (prix subventionné) contre Rs 186,7 le kg (prix non subventionné) en mars 2020, soit une augmentation de 9,6% pour la période. Sans subvention, le lait en poudre aurait été vendu à Rs 234,6 le kg, soit une hausse de 25,6% par rapport au niveau de mars 2020. Cela est conforme à l’évolution mondiale des prix des produits laitiers démontrée par la hausse de 27,0% de l’indice FAO des prix des produits laitiers. De même, les prix du lait frais en Nouvelle-Zélande ont enregistré une hausse de 22,7% de mars 2020 à décembre 2021, ce qui explique en partie la hausse de 40,4% des valeurs CAF du lait en poudre importé.

De janvier 2022 à juin 2022, les prix subventionnés de la poudre de lait ont augmenté de 0,7%. Sans subvention, cette augmentation aurait été de 5,3%. La hausse des prix intérieurs résulte de l’augmentation du CIF de 8,2%, malgré la baisse des prix du lait frais en Nouvelle-Zélande de 1,1 %. Sans subvention, la flambée des prix intérieurs du lait en poudre aurait correspondu à l’indice FAO des prix des produits laitiers. Ce dernier s’élevait à 150,2 points en juin 2022 contre 132,6 points en janvier 2022, soit une augmentation de 13,3%.

Néanmoins, on peut également observer qu’après avoir atteint son sommet en juin 2022, l’Indice FAO des prix des produits laitiers a baissé de 8,4%, atteignant 137,6 points en novembre 2022. De même, le prix du lait frais en Nouvelle-Zélande a baissé de 5,3% par rapport à la période de juin 2022 à novembre 2022. En revanche, l’indice local des prix des produits laitiers est passé de 121,3 points en juin 2022 à 145,0 points en novembre 2022. Cette hausse de 19,6% s’explique par la suppression des subventions qui a entraîné une augmentation de 29,7 % du prix du lait en poudre sur la période juin 2022 à novembre 2022.

Fromage fondu

Le fromage fondu, dérivé du lait, fait partie de la liste des denrées alimentaires de première nécessité soumises à la réglementation sur le maximum mark-up (20 % + 1 % de special allowance). Les prix de détail du fromage fondu à Maurice ont augmenté de 4,4 % de janvier 2017 à février 2020, ce qui correspond à la hausse du FAO Dairy Price Index.

En comparaison, le prix moyen du fromage cheddar doux en Nouvelle-Zélande a augmenté de 19,4%. Les prix subventionnés du fromage fondu en décembre 2021 s’élevaient à Rs 74,3 pour 250 g contre Rs 71,4 pour 250 g en mars 2020. Sans subventions, les prix de détail auraient augmenté de 11,0% ; tandis que le FAO Dairy Price Index a augmenté de 27,0%. Au cours de la même période, le prix moyen du fromage cheddar doux en Nouvelle-Zélande a augmenté de 9,0%. À Maurice, les coûts d’importation ont augmenté de 25,0%, ce qui implique que, si le gouvernement n’était pas intervenu, l’augmentation des prix de détail du fromage fondu aurait pu être plus élevée. Au lieu de cela, une augmentation de 4,0% des prix intérieurs a été constatée au cours de cette période. Ainsi, la tendance inflationniste des prix de détail des fromages pendant la pandémie de Covid-19 n’était pas spécifique à Maurice.

Par ailleurs, une légère augmentation de 0,4% des prix de détail subventionnés du fromage fondu a été enregistrée entre janvier 2022 et juin 2022. Sans subventions, les prix auraient augmenté de 4,2 %, ce qui aurait été aligné sur le FAO Dairy Price Index. Au cours de cette période, les coûts d’importation ont augmenté de 13,3%. De juin 2022 à novembre 2022, les prix de détail du fromage ont augmenté de 15,9 %, conformément à l’augmentation de l’indice FAO des prix des produits laitiers. . De même, le prix du fromage cheddar doux en Nouvelle-Zélande a enregistré une augmentation de 10,9 % au cours de la même période.

Poulet

Le poulet est la viande la plus consommée à Maurice avec une consommation par habitant d’environ 39 kg en 2020. Compte tenu de son importance, il a un poids d’environ 50% dans le Meat Price Index (MPI) local.

L’augmentation des coûts d’alimentation et l’inflation locale ont affecté les prix du poulet. De mars 2020 à décembre 2021, le prix de détail du poulet frais à Maurice a augmenté de 9,8% et celui du poulet congelé de 19,7%. La hausse pourrait être liée à des facteurs de coût, notamment une augmentation de la farine de maïs de 14,7%, du soja de 25,7% et des aliments pour volaille de 27,9%.

De janvier 2022 à décembre 2022, les prix de détail du poulet frais ont augmenté de 26,1% tandis que ceux du poulet congelé ont augmenté de 29,1%. Alors que les coûts d’importation des principaux intrants ont également augmenté (farine de maïs +9,6 %, soja +17,2 % et aliments pour volaille +7,9 %), le quantum n’a pas reflété l’augmentation significative des prix du poulet frais et congelé. L’indice FAO des prix de la viande a enregistré une augmentation beaucoup plus faible de 1,5%, passant de 112,2 points en janvier 2022 à 113,8 points en décembre 2022. De plus, l’Indice FAO des prix de la viande est en baisse depuis juin 2022 alors que les prix de la viande à Maurice n’ont cessé d’augmenter tout au long de la période considérée.

De plus, l’écart de prix moyen entre le poulet frais et le poulet congelé a augmenté de manière significative. Avant la pandémie de Covid-19 (janvier 2017-février 2020), le différentiel de prix s’élevait en moyenne à Rs 18,7 le kg, alors qu’en 2022, il atteignait Rs 37,7 le kg, soit une augmentation substantielle de 101,2%.  Pour la période mars 2020 – décembre 2021, les prix du poulet frais et du poulet congelé ont respectivement augmenté de 9,8% et 19,7% à Maurice. Au cours de la même période, le poulet frais et congelé était plus cher en Afrique du Sud de 28,8% et 33,4 % respectivement. De janvier 2022 à décembre 2022, les prix du poulet frais et congelé à Maurice ont augmenté de 26,1% et 29,1%, respectivement. Au cours de la même période, les prix du poulet frais et du poulet congelé ont baissé de 5,7% et 0,1%, respectivement, en Afrique du Sud

Leave a Reply

Your email address will not be published.