July 24, 2024
Hennessy Court 3rd floor Sir John Pope Hennessy street Port-Louis
Actualités

Une lettre ouverte adressée à l’ambassadeur Eliav Belotservosky

Réintégration des Palestiniens sur leurs terres

Réintégrer en toute sécurité les Palestiniens sur leurs terres. C’est ce que réclame un groupe de Maurice, baptisé « Friends of Al Aqsa », dans une lettre ouverte adressée à Eliav Belotservosky, ambassadeur plénipotentiaire et extraordinaire de l’État d’Israël auprès de la République de Maurice. Ce dernier est actuellement en visite à Maurice, dans le cadre du 83e anniversaire de l’arrivée des détenus juifs dans le pays à l’époque coloniale. Les auteurs de la lettre ont aussi réclamé la mise en place d’une solution pacifique à deux États comme piliers du respect mutuel et de la compréhension pour l’avenir.

Dans la lettre adressée à l’ambassadeur Eliav Belotservosky, les auteurs ont rappelé que l’arrivée des détenus juifs à Maurice remonte à la fin des années 1940, lorsqu’un groupe de Juifs d’Europe de l’Est, fuyant les persécutions nazies en Europe, s’est vu refuser l’entrée à Haïfa par l’administration britannique en Palestine. Elle détenait alors  un mandat sur ce territoire après la Première Guerre mondiale. Quelque 1600 personnes furent ainsi déportées vers l’île Maurice où elles résidèrent dans le camp de détention de Beau Bassin. 

La lettre fait mention que cet épisode méconnu de notre histoire récente a néanmoins laissé des traces dans la littérature locale, avec les livres notamment « The Mauritian Shekel » de Geneviève Pitot et « Le Voyage de Delcourt » d’Alain Gordon Gentil, mais aussi un documentaire dans l’ombre de Beau Bassin, produit par Kevin Harris. Les auteurs de lettre rappellent qu’après la guerre, les détenus se sont vu offrir le choix de procéder à l’immigration Aliya vers la Palestine d’alors, qui allait devenir Israël en 1948, ou de retourner dans leur pays d’origine. La plupart d’entre eux ont opté pour Israël, à l’exception de 127 qui ont été enterrés dans une section du cimetière de Saint-Martin.

« Vous avez mentionné que les événements à venir liés à l’épisode que Maurice partage avec les déportés juifs, ainsi que Yom Ha’atzmaut, le jour de l’indépendance d’Israël, dont cette année marque le 75e anniversaire, doivent être marqués. Votre Excellence, nous comprenons parfaitement le droit à une existence sûre pour l’État d’Israël, ses ressortissants et ses citoyens, tel que défini par le United Nations Partition Plan for Palestine, adopté par l’Assemblée générale sous la forme de la résolution 181 (II) préconisant la solution de la création de deux États et un régime international spécial pour Jérusalem à la fin du mandat britannique. Malheureusement, cela n’a jamais vu le jour et ce qui a suivi est une histoire de violence Blood Sweat & Tears habillée de crime et d’injustice imposée par l’État d’Israël à la population originelle de ce pays dans sa diversité », déplorent les auteurs. 

D’emblée, les auteurs regrettent que cette histoire est celle du déracinement illégal et de l’exil forcé de quelque 700 000 Palestiniens qui ont été privés de leurs biens, de leurs terres et de leurs traditions – abandonnés au Liban, en Jordanie et en Syrie autour des townships palestiniens dans ce qui allait devenir des camps de réfugiés permanents. « Cet épisode est connu sous le nom de Nakba, la catastrophe qui ravage la région et qui a été à l’origine de tant de conflits et d’instabilité dans cette partie du monde. Jusqu’à présent, quelque 5 millions de Palestiniens subissent encore des conditions de vie difficiles dans ces camps qui sont la source de tant de souffrances, de violences et de troubles qui font la une des médias internationaux », lamentent les auteurs de la lettre ouverte.

Ils poursuivent que cette situation désastreuse et injuste s’est aggravée avec l’annexion forcée des West Bank Territories, augmentant le ressentiment et la violence de la part des quartiers palestiniens qui, contrairement à tous les principes du droit international, ne sont pas autorisés à retourner dans leur lieu de naissance tandis que toute personne d’origine juive se voit automatiquement accorder la résidence, la nationalité et la citoyenneté par l’État d’Israël. Les Palestiniens autochtones se voient refuser ce droit humain fondamental, inscrit dans les principes de justice naturelle.

« Cet outrage continu est caractérisé et illustré régulièrement par la création systématique de colonies illégales, l’occupation illégale des terres et la destruction de vergers d’oliviers en violation de toutes les résolutions des Nations Unies et en violation flagrante des accords d’OSLO, pour ce qu’ils valent aujourd’hui. Ajoutant l’insulte à l’injure, les récentes incursions provocatrices dans l’enceinte de la mosquée Al Aqsa et du Dôme of the Rock n’augurent rien de bon pour l’avenir. Ce cercle vicieux doit être mis fin à des pourparlers de bonne foi visant à trouver un règlement pacifique durable de toutes les questions découlant du non-respect et du non-respect des droits fondamentaux du peuple palestinien. Cela implique notamment leur réintégration en toute sécurité sur leurs terres et la mise en place d’une solution pacifique à deux États comme piliers du respect mutuel et de la compréhension pour l’avenir », réclament les Friends of Al Aqsa dans leur lettre à l’ambassadeur. 

D’autre part, ils avancent que le système de quasi-apartheid qui a été systématiquement mis en place et appliqué, notamment en Cisjordanie occupée, est une recette mortelle de désespoir et de destruction mutuelle assurés. Selon eux, cela provoquera malheureusement et inévitablement à la fois une implosion et une explosion mondiale. « Comme vous l’apprécierez, Maurice est un modèle de multiculturalisme où il n’y a pas de place pour l’apartheid. Au lieu de cela, toutes les composantes de notre nation multiethnique vivent dans la paix, l’harmonie et le respect. À Maurice, aucune race ou groupe ethnique n’est présenté comme supérieur à un autre. Nous sommes tous sur le même pied et nous constituons la beauté de notre Nation Arc-en-Ciel », se vantent les auteurs dans la lettre.

Et d’ajouter : « Nous sommes convaincus que votre passage à Maurice vous inspirera pour enrichir votre vision du monde et ainsi faire de votre mieux pour améliorer la situation des Palestiniens vivant dans l’État d’Israël et plus encore dans les territoires occupés. Nous sommes une nation pacifique et nous souhaitons profondément que la paix prévale sur la planète entière. Les peuples d’Israël et de Palestine partagent une aspiration légitime à la paix. En tant que diplomate, nous sommes convaincus que vous serez sensible à cet appel de Maurice ».

Enfin, les auteurs disent espérer que les points soulevés dans la lettre seront dûment pris en considération en faveur d’une résolution équitable de cette situation complexe. « Une situation qui équivaut à un déni de justice et des droits fondamentaux du peuple palestinien qui souhaite également la paix et non une guerre et une violence terroriste sans fin. Des politiques suprémacistes expansionnistes dangereuses qui ne feront qu’attiser l’agitation et le ressentiment. Comme vous le savez, le monde est témoin chaque semaine de l’appel à la démocratie lancé par la majorité des Israéliens dans les rues, visant légitimement à davantage de démocratie et non à un gouvernement d’apartheid et de suprématie impitoyable. Nous vous souhaitons un agréable séjour à Maurice et un bon vol de retour en Afrique du Sud », concluent les Friends of Al Aqsa.

Renforcer la coopération bilatérale entre Maurice et Israël 

L’ambassadeur non-résident de l’État d’Israël auprès de la République de Maurice, Eliav Belotserkovsky, a rencontré l’Attorney General et ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce international, Maneesh Gobin, a rencontré cette semaine à son bureau à Port Louis. Les discussions ont porté sur les moyens de renforcer les relations entre les deux nations. Les deux parties sont convenues d’approfondir la coopération bilatérale, notamment dans les domaines de la gestion des ressources en eau, de l’agriculture de haute technologie et de la santé.

L’ambassadeur israélien a profité de l’occasion pour féliciter le peuple mauricien pour son hospitalité exceptionnelle et sa compassion envers la communauté juive lors de la déportation qui, selon lui, a joué un rôle crucial pour la sauver des horreurs de l’Holocauste. 

Quant au ministre Gobin, il a évoqué l’importance de sensibiliser la jeune génération à ce chapitre commun de l’histoire entre les deux pays. Il a également mentionné les événements à venir, notamment la commémoration du 75ème anniversaire de l’indépendance d’Israël à Port-Louis et le souvenir de la déportation juive vers Maurice pendant la Seconde Guerre mondiale.

Leave a Reply

Your email address will not be published.